5 logiciels de comptabilité open source ou libres pour les entreprises

Comptabilité, un mot souvent associé à tort ou à raison avec une activité rébarbative et administrative, mais obligatoire dès lors que l’on s’engage dans l’entrepreneuriat. Lorsque j’ai écrit mon guide sur les solutions informatiques libres pour les TPE j’ai dû traiter ce sujet. C’est également une question qui revient régulièrement lorsque je parle des logiciels libres de gestion d’entreprise : « peut-on faire de la comptabilité avec des logiciels libres ? »

Quelques solutions

La réponse dépendra comme souvent du besoin. Voici différentes solutions qui vous permettront de tenir une comptabilité pour votre entreprise avec plus ou moins de fonctionnalités et de sophistication. J’ai classé ses solutions dans un ordre « subjectif » allant de la solution la plus simple à la plus complète. Merci pour vos retours à ce sujet.

GNUCash fait parti du projet GNU soutenu par le Free Software Foudation. Le développement de ce logiciel a débuté en 1997 avec une première version utilisable en 1998. Conçu pour suivre l’évolution de vos comptes bancaires, portefeuilles d’actions, revenus et dépenses, il inclut une comptabilité en partie double. L’utilisation de GNUCash pour tenir une comptabilité demandera une bonne maîtrise des principes comptables. Ne vous lancez d’ailleurs pas dans la tenue d’une comptabilité sans en maîtriser tous les tenants. Une petite gestion d’affaires est incluse et permet la réalisation de factures clients ainsi que la gestion des factures fournisseurs.

Noalyss anciennement PhpCompta. Il s’agit d’un projet né en Belgique avec une version 0.9 apparue en 2003. Initialement prévu pour les normes comptables belges, il supporte désormais plusieurs plans comptables dont un modèle est disponible pour les sociétés françaises. Noalyss est une application web et nécessite donc pour fonctionner un serveur web et une base de données. Il existe des programmes d’installation pour Windows intégrant l’ensemble des composantes nécessaires au bon fonctionnement de l’application. L’interface de l’application peut sembler rustique au premier abord. Elle a cependant l’avantage de permettre une navigation rapide dans le logiciel.

OpenConcerto est un logiciel libre développé par la société ILM Informatique. Il couvre le périmètre de la gestion commerciale, mais aussi les stocks ou les points de vente par exemple. Les principales différences avec son concurrent Dolibarr sont la gestion multisociété native, la gestion de la comptabilité et de la paye.

Odoo dispose d’un module de comptabilité tout comme son cousin éloigné Tryton. Tout comme OpenConcerto, ces deux logiciels offrent des fonctionnalités de gestion commerciale, de stocks, etc. Odoo permet même mettre en place une boutique de vente en ligne. Cependant la politique de support proposée par ce dernier implique des coûts d’abonnement au support élevé par rapport aux autres solutions citées ici.

Il existe bien d’autres solutions. Je vous renvoie également à la page Comptabilité maintenue par l’APRILsur son Wiki.

Des freins administratifs

Un point qu’a particulièrement étudié par M. Domotique libre aka Nathaël Pajani.

La problématique de la transmission aux impôts est un autre problème. Les experts comptables et les éditeurs du domaine ont verrouillé le marché en imposant (faisant imposer par l’état) un format documenté par des docs inutilement complexes (de ce que j’ai compris) et en imposant la certification du logiciel par l’état (après étude du code/du logiciel par un tiers…) et cela coûte 6000 euros par an, à supposer que le soft passe la certification.

Et toujours si j’ai bien suivi, une modification du code impose de repasser la certification… relativement incompatible avec le principe du logiciel libre. Voir mon mail du 8 avril 2014 sur la liste comptabilité de l’April.

Les freins sont donc nombreux. Pourtant l’existence d’une solution reconnue serait un énorme plus pour le développement des logiciels libres en entreprises. N’hésitez pas à faire connaître votre retour d’expérience sur ce sujet dans les commentaires.