Ça bouge dans le transport !….suite

  • Dans le transport maritime cette fois, vous pensiez peut être que les porte conteneurs gigantesques qui traversent les mers d’un bout à l’autre de la planète ne transportaient que des marchandises sèches dans des conteneurs sec également, les« dry ».Or le marché qui se développe le plus en ce moment, ce sont les conteneurs réfrigérés que l’on appelle les « reefers » et qui donc transportent à température constante des produits frais.La bataille entre les grands armateurs de la planète, dont la CMA/CGM troisième mondial, est donc à celui qui s’équipera le premier en conteneurs réfrigérés.
    Un marché qui croit à 6,5 pct par an, qui est plus technique et génère plus de chiffre d’affaire donc de marge. Que transportent on de cette manière? des fruits et légumes majoritairement, dont un fort tonnage de bananes, des viandes et des poissons et même des fleurs. Le transport maritime a réussi à damer le pion au transport aérien, plus coûteux pour les produits pharmaceutiques et les fleurs et attaque les bateaux réfrigérés dont la clientèle migre vers les reefers moins coûteux
    CMA/CGM a décidé de se concentrer sur ce type de transport qui représente désormais 8pct des volumes transportés mais 15 pct du chiffre d’affaire. Il possède 185 000 reefers
    Sur le plan mondial, on prévoit de passer de 1,6 à 1,9 millions de reefers d’ici 2018.Les porte conteneurs, eux, devraient être équipés de générateurs électriques puissants pour refroidir les conteneurs.
  • Dans le transport ferroviaire, l’heure est plutot au questionnement sur les coûts de ce type de transport, de fonctionnement et d’investissement en infrastructure, alors que,il faut bien le reconnaître, les pays qui ont développé et maîtrisé de mode de transport, que ce soit la France, l’Allemagne ou le Japon n’ont pas vraiment réussi à vendre leurs technologies et leurs concepts, en particulier aux Etats Unis qui était le pays offrant, de part sa géographie, le plus de possibilités de développement à ce type de transport.
    L’autre pays géographiquement adapté, la Chine s’y est par contre converti mais à partir de matériels chinois qui risquent d’envahir la planète.
    Le réseau le plus efficace est le réseau japonais,qui comportent 8 lignes de Shinkansen opérées par différentes compagnies nées de la privatisation des réseaux, trois constructeurs de matériels, 1144 trajets et des trains qui roulent à 320 km/h avec des retards de 36 secondes en moyenne, tous retards liés aux catastrophes naturelles compris. En plus ils gagnent de l’argent dans un pays, il est vrai, où les compagnies aériennes low costs commencent tout juste à exister.

    Et pourtant, le Japon vient de faire l‘incroyable pari du train à sustentation magnétique, le Maglev! Un train qui vole à 10 cm au dessus du sol, sans frottement donc, à une vitesse commerciale de 500 km/hr propulsé par des aimants supraconducteurs refroidis à l’Hélium. Pour être efficace néanmoins, il faut que le train s’eloigne le moins possible de la ligne droite.
    Le projet auquel le gouvernement japonais vient de donner son aval reliera Tokyo à Osaka en passant par Nagoya. Il sera enterré sur 86 pct de la distance avec plusieurs tunnels de 20 km de long et un de 37 kilomètres soit plus que le tunnel sous la Manche.Il passera sous des montagnes hautes de 3000 m du fait de la nécessité de la ligne droite pour la voie.
    L’opérateur privé, Central Japan Railway, prévoir un investissement global de 65 milliards d’euros (relativisons néanmoins, c’est moins d’une année de déficit de l’Etat Français) sur trente ans. Il se fera en deux phases de manière à pouvoir l’absorber, l’une jusqu’en 2027 qui reliera Tokyo à Nagoya à 285 km, l’autre de 2027 à 2045 pour poursuivre jusqu’à Osaka.Le coût des infrastructures est colossal mais du fait de l’absence de contact et donc de frottement train/voies, il en coutera bien moins en énergie pour le faire circuler et en frais de maintenance des voies. Par contre le refroidissement des aimants à l’helium risque d’être fort coûteux
    L’Etat japonais ne participera pas à ce financement mais apportera son plein support aux constructeurs pour repositionner le Japon au sommet de la technologie et aider à la vente des…Shinkansen