Quand les entreprises chinoises envahissent le monde…

Vous savez qu’après une première phase de conversion réussie pour se placer en usine du monde, la Chine, forte désormais d’entreprises performantes, de technologies modernes, d’une financement d’état et d’un énorme marché domestique, s’est mise en situation de conquérante du monde  et que vous entendez parler désormais ici ou là de ses entreprises comme des acheteuses potentielles de telle ou telle entreprise bien connue dans les pays développés comme dans des pays en voie de développement, mais avec du potentiel du coté agricole ou matières premières.

Vous êtes sceptiques? Quelques exemples vous feront sans doute mieux comprendre de quoi je parle. Avez vous la moindre idée de la raison pour laquelle le français Lafarge et le suisse Holcim ont fusionné alors qu’ils étaient numéro 1 et 2 du ciment dans le monde? Parce qu’ils ont été doublé par le chinois Anhui Conch qui bénéficie d’un marché domestique énorme.

Connaissez vous le numéro 1 mondial de la viande de porc? C’est le chinois WH Group qui pèse 21 milliards de dollars de chiffre d’affaire et vient de racheter l’américain Smithfield  ( 30 millions de porcs abattus par an) pour 7 milliards. Il a même été possesseur temporaire de Cochonou, Aoste et Justin Bridou qu’il a peut être trouvé trop petit pour son appétit.

Et dans le classement des grands du BTP mondial où les Vinci et Bouygues caracolaient en tête, savez vous que désormais le trio de tête est exclusivement chinois: China Railway,China Bridge et China Harbour.

Dans le négoce des matières agricoles dans lequel la Chine était très peu présente car peu consommatrice d’autres céréales que le riz, c’est désormais Cofco ( China Nationla Céréals,Oil and Food stuffs) qui, en prenant le controle de Noble group, est entré avec 32 milliards de dollars de chiffre d’affaire dans le cercle fermé des grands négociants de matières premières.

Savez vous que Pirelli est chinois, que Bright Food, le leader de l’agroalimentaire chinois, a racheté, après avoir loupé Yoplait, les cérales Weetabix et le Muesli alpen et que si Fosun a bataillé durement pour racheter le Club Med, c’est que, ce qu’il manque aux sociétés chinoises, ce sont des marques internationales.

Tout ceci s’est traduit comme vous pouvez voir ci contre par un montant d’investissement chinois, annuels, qui est passé de 5 à 6 milliards de dollars en 2005 à désormais 25 à 35 milliards tous les ans, soit 35 pct de hausse moyenne tous les ans depuis 2005.

C’est l‘Europe qui est leur terrain d’investissement préféré avec 37 pct de ces investissements contre 23 à l’Amérique du Nord et seulement 15 pct en Asie alors qu’il y a 10 ans seulement l’Europe ne comptait que pour 13 pct et l’Asie pour 53 !!

Heureusement, d’après une étude du BCG, le Boston Consulting Group, ils n’ont pas appris encore a bien négocier de genre de rachat pour qu’ils arrivent à leur terme alors qu’aujourd’hui, seulement 67 pct d’entre eux y parviennent. La faute à une stratégie flou et à une gestion peu efficace du processus de transaction dit le BCG.

De nombreuses entreprises n’ont qu’une vague idée du but de l’acquisition, des synergies possibles et se lancent sans préparation suffisante. EIles n’ont pas la rapidité nécessaire pour faire des contre offres et une fois l’affaire faite, n’envoient pas les équipes suffisantes pour gérer de telles reprises.

Attention néanmoins,ils apprennent vites !!