Savannah

0



Savannah – Jean Rolin

P.O.L (2015)

Le 27 août 2014, Jean Rolin atterrit à Savannah, dans l’état de Géorgie, là où il séjourna en 2007 avec sa compagne, Kate Barry, décédée depuis en 2013. À l’époque, ils avaient entrepris ce voyage sur les traces de Flannery O’Connor, romancière américaine à laquelle Kate voulait consacrer un film. Maintenant, en 2014, c’est sur leurs propres traces, celle de Kate et la sienne, que revient l’écrivain, tentant de remettre ses pas dans ceux de 2007, se remémorant leur voyage, en s’aidant des bouts de films et des photos de Kate. 

C’est à la fois un journal de voyage et un tombeau à l’absente que propose Jean Rolin avec ce livre. Son insistance à refaire exactement les mêmes choses qu’en 2007 est très touchante, même si c’est parfois impossible. Ainsi, le motel où ils s’étaient installés est fermé, l’obligeant à prendre une chambre ailleurs. De même, il passe du temps à retrouver le reflet des deux palmiers dans une flaque d’eau, ce qui finit par arriver après un orage providentiel le 2 septembre.

Un texte émouvant mais jamais triste, tant Jean Rolin s’attache à montrer la gaité et la fantaisie de sa compagne, sa facilité à nouer des relations amicales avec les gens qu’elle rencontre, comme le chauffeur de taxi qui va les accompagner plusieurs jours dans leurs déplacements. Et pourtant, on sent bien la peine de l’auteur, prête à surgir, mais qu’il maintient à distance en s’obligeant à reconstituer au plus près les étapes du voyage. Une grande tendresse s’exprime dans ce témoignage poétique et sincère.

Extrait page 102-103

Le jour même de mon retour à Savannah, dans les heures qui suivirent je revis le petit homme au parapluie roulé : il était en train de fumer, assis sur un muret faisant face à la grille cadenassée du motel en friche, et dans une position telle qu’il se serait trouvé dans le champ des images faites par Kate le soir de notre installation dans ce motel. Auparavant, sitôt débarqué du bus en provenance de Macon, je m’étais rendu au musée d’histoire locale, lequel est situé non loin de la gare routière. Je m’y étais rendu pour la raison que lors de notre séjour précédent, Kate en avait filmé les collections de manière apparemment exhaustive, sans opérer de choix parmi les objets exposés – une locomotive, une pirogue, un buste de Toussaint-Louverture, un cabinet dentaire reconstitué, des costumes, le portrait d’un petit garçon noir ayant fui l’esclavage et devenu tambour dans l’armée nordiste… -,un peu, me semble-t-il, comme elle avait filmé dans l’avion les consignes de sécurité, ou dans la cathédrale le DVD retraçant l’histoire de celle-ci.

Ne manquez pas le billet de La Liseuse à propos de ce livre avec un complément très intéressant sur Flannery O’Connor.
J’ai apprécié également les critiques parues dans l’Express et Libération.

Le 11 juin 2015, la radio FIP avait consacré une émission à ce livre, avec une mise en ondes que l’on peut ré-écouter ici.

Blog littéraire de Nanou : la rue de siam

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Share.

Leave A Reply