« Sky my boss ! » ou l’anglais des affaires sans peine…

Les Français ne sont guère réputés pour leur maîtrise des langues étrangères. Dans le domaine des affaires, ce handicap explique sans doute, entre autres raisons, les faibles performances qu’affichent nos entreprises à l’export. Une étude, conduite en 2012 par The Economist Intelligence Unit, semble le confirmer, qui conclut que près de la moitié de celles-ci auraient connu des échecs à cause de malentendus, tant culturels que linguistiques.

Cette situation est confirmée par le magazine Challenges de septembre 2013, selon lequel 46,8% des cadres estimeraient avoir un niveau débutant ou intermédiaire en anglais, tandis que 48,4% seraient mal à l’aise pour prendre la parole dans cette langue et presque autant pour écrire un courrier ou un courriel.

Une amélioration semble se dessiner parmi les jeunes générations, mais de nombreux progrès restent à faire, si j’en juge par le niveau d’un certain nombre d’étudiants de master auxquels je donne des cours (de management interculturel), justement, en anglais…

Dans ce contexte, le dernier livre de Jean-Loup Chiflet, Sky my boss ! / Ciel mon patron ! (Chiflet et Cie, 137 pages, 12,95 €) arrive à point nommé. L’ouvrage reprend, cette fois pour le domaine des affaires, la méthode ludico-pédagogique qui avait été à l’origine du succès d’un précédent opus dédié aux situations de la vie courante (Sky my husband ! / Ciel mon mari !). Le principe, déjà présent dans le titre, est simple : choisir une expression typiquement française, la traduire littéralement en anglais (elle devient alors comique et vide de sens) puis rétablir l’expression correcte équivalente utilisée Outre-Manche. Ainsi, la phrase « J’ai eu un rendez-vous avec une grosse légume » devient-elle littéralement « I had an appointment with a big vegetable », dont la bonne traduction sera : « I had an appointment with a VIP. »

Naturellement, l’auteur (devenu John-Wolf Whistle, comme il se doit) traite son sujet en thème comme en version, c’est pourquoi la seconde partie du livre propose des expressions purement anglaises traduites mot pour mot avant d’en donner l’exacte correspondance en français : « I’d like to introduce Peter Smith to you » deviendra « J’aimerais vous introduire Peter Smith » (voire Pierre Forgeron…), puis « J’aimerais vous présenter Peter Smith ».

Divisé en une dizaine de chapitres thématiques (l’entretien d’embauche, la correspondance et le téléphone, les réunions, etc.), Sky my boss ! n’offre pas seulement un moment divertissant de lecture ; il aidera utilement les cadres internationaux à faire usage d’expressions courantes qui figurent moins dans les manuels classiques, souvent trop académiques, que dans les conversations quotidiennes.