Thérèse, le film de Leonardo Defilippis ; une jolie découverte

0



En préambule je remercierai Christophe Marty qui m’a offert quelques sujets de méditation et sans qui je n’aurais jamais pu voir le film Thérèse de Leonardo Defilippis… Suite à une discussion à propos de celle qui est considérée comme « la plus grande sainte de la Modernité », il m’a adressé le DVD pour que j’appréhende peut-être autrement ce personnage dont j’avais une vision assez parcellaire et plutôt négative, principalement tirée du film Thérèse de 1986. J’avais une dizaine d’années quand je l’ai vu la première fois. Sûrement étais-je un peu trop jeune pour en retenir autre chose que quelques scènes assez éprouvantes qui m’avaient dérangée plus que touchée.

 

Thérèse était une jeune femme (entrée au Carmel précocement malgré divers refus des officiels et morte à 24 ans) qui avait placé sa confiance totale et inconditionnelle en Dieu et en son fils pour éprouver de l’amour et le rendre à tous surtout aux pêcheurs. Que l’on adhère aux principes d’une religion ou pas, aimer sans calculer et voir au-delà des apparences, éprouver ses croyances (ou sa foi) comme une expérience intime (parfois ineffable), tout en la vivant en partage, est finalement à la portée de tous et peut résonner en chacun. Considérer que sa vocation c’est l’Amour (de Dieu et des autres) dans le temps présent … ; c’est le joli message du film (et de Thérèse) que j’ai envie de retenir et qui expliquerait finalement pourquoi malgré son sentiment de petitesse, cette Sainte s’avère si importante pour certains et a pris du sens pour moi… Je recommande donc à ceux qui aiment les films, même s’ils ne sont pas forcément croyants, de le voir si l’occasion se présente, car cette présentation hagiographique n’en constitue pas moins un agréable moment qui donne à réfléchir…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Share.

About Author

Leave A Reply