Ukraine: Mariopol sauvé?

Vous suivez sans doute comme moi les péripéties de la guerre entre les séparatistes russophones et les autorités officielles ukrainiennes qui semble se diriger de plus en plus vers une partition du pays avec la partie est rejoignant un jour la Russie, comme la Crimée l’a déjà fait. Une annexion dont plus personne ne semble vouloir reparler et qui risque donc fort d’être définitive, d’autant plus que se trouve sur son territoire, le grand port militaire russe, Sébastopol.

C’est d’ailleurs l’accès à ce port stratégique qui me semblait justifier l’avancée des troupes russophones, – ou russes?-, vers Mariopol, autre port civil sur la cote sud de l’Ukraine qui a la malchance de se trouver sur la route de la Crimée. Les hostilités se sont depuis arrêtées grâce à la médiation d’Angela Merkel et de François Hollande mais rien ne prouve qu’elles ne puissent repartir rapidement  et en particulier tant qu’il existera une discontinuité territoriale entre la Crimée et la Russie.

C’est donc avec un certain soulagement que les habitants de Mariopol et de la zone côtière le long de la mer d’Azov qui mène à la Crimée ont du ressentir en entendant l’annonce de la mise en chantier de la construction d’un pont au dessus du détroit de Kertch qui sépare la mer d’Azov de la mer Noire et la Crimée de la Russie continentale.Un chantier prévu démarrer dans quelques mois et se terminer en 2018 pour construire un pont routier et ferroviaire de 19 km de long, à 3,5 milliards d’euros sur le dit détroit.

Un lien physique que les populations et les conquérants divers qui sont passés dans la région au fil des siècles ont toujours voulu établir avec des fortunes diverses.Mithridate VI, empereur romainavait déjà voulu en 65 avant Jesus Christ, mais sans succès,y établir un pont de bateaux, style pont du Génie. L‘Angleterre ensuite, à la fin de la guerre de Crimée,-gagnée par la France et l’Angleterre en 1856 contre la Russie-, avait voulu y faire passer un chemin de fer vers l’Iran et l’Inde. Puis Hitler, en 1943, avait établi une liaison par téléphérique dont on voit encore les vestiges qui transporta de l’armement jusqu’au Caucase à partir duquel Hitler pensait pouvoir prendre sa revanche de Stalingrad.Enfin Staline lui même fit établir un pont ferroviaire qui fut inauguré en novembre 1944 avant que ses piliers de bois, trop fragiles, ne s’écroulent au printemps sous la pression des blocs de glace aun moment du dégel.

C’est dire que ce ne sera pas un pont facile à construire, même si depuis le climat s’est quelque peu adouci! On souhaite quand même Bonne Chance à ses constructeurs