11 novembre, le devoir de mémoire

J’écoutais un débat sur Europe 1 sur les commémoration. Commémorer signifie « se souvenir ensemble ». Se souvenir, c’est un devoir pour chaque citoyen. Ensemble, c’est à dire la Nation et chacun d’entre nous avec ce qui nous relie dans la démarche de se rappeler le sacrifice de ceux qui ont donné leur vie pour que nous vivions pleinement notre démocratie.

La liberté dont nous jouissons aujourd’hui, nous la devons aux soldats qui ont répondu à l’appel pour combattre. Les commémorations sont nombreuses : 14-18, la guerre de 1940, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie … elles n’ont bien évidemment pas la même signification, les guerres coloniales occupent une place à part, pour autant les familles qui ont été touchées par ces guerres, injustes (nous étions les agresseurs) ont droit aussi au devoir du souvenir.

L’enseignement de l’histoire a sa place dans le dispositif de mémoire. Il y a beaucoup à dire sur cet enseignement sans cesse remodelé et pour autant encore loin d’être à la hauteur. Car l’histoire permet de se souvenir, d’honorer mais aussi de comprendre, y compris le temps présent.

Grand Mémorial

Retracez le parcours de guerre des Poilus en une seule recherche. Curieux, amateur ou spécialiste, accédez aux registres matricules des Archives départementales et au fichier des Morts pour la …

http://www.culture.fr/Genealogie/Grand-Memorial

Sommes nous encombrés par toutes ces commémorations? Non … ce n’est que justice de faire l’effort de rendre hommage à toutes ces souffrances. Chaque village français a son monument au morts des deux guerres mondiales, la signature des deux armistices est l’occasion d’un rassemblement des habitants et de leurs édiles .

La déportation, l’extermination des juifs sont l’occasion de rassembler les éléments de leur souvenir. Comment pourrions nous oublier, le jour viendra où tous les témoins auront disparu, c’est déjà le cas pour la guerre de 14-18, tous ces monuments sont là pour graver dans le marbre les horreurs et les erreurs commises par l’humanité.