Accord de fourniture de gaz sino-russe: Un avertissement sans frais?

Une nouvelle qui est passée quasiment inaperçue dans notre monde médiatique qui semble s’obnubiler davantage  sur les scoop ou les nouvelles  annexes que sur les choses importantes pour la marche du monde, c’est l’annonce à l’occasion de la visite de Vladimir Poutine fin mai à Shangai de la signature d’un accord de fourniture de gaz gigantesque par Gazprom à la Chine sur lequel les deux pays travaillaient depuis dix ans, nous dit on. Merci à nos médias d’avoir survolé une telle nouvelle !

Jugez en plutôt : Gazprom et la Russie se sont engagés à fournir à partir de 2018, dans 4 ans seulement, pour 400 milliards de dollars de gaz sur trente ans. Le prix n’en a pas été rendu public comme dans toute transaction commerciale, mais sur la base du prix de vente aux pays européens qui est de l’ordre de 380 dollars le m3,ça devrait représenter 38 milliards de m3/an soit un quart des volumes de livraisons à l’Union Européenne.

Mais également un quart des besoins énergétiques de la Chine, qui progressent tous les ans comme vous pouvez voir ci contre du fait de son développement économique. Autre raison de cet accord la Chine souffre d’une pollution considérable qui inquiète fortement ses populations et ces volumes seront certainement utilisés pour alimenter  la croissance mais également pour se substituer partiellement au charbon.

Les discussions sur ce méga contrat étaient en cours depuis 1997 sans avoir réussi à se conclure entre deux jeux de négociateurs connus pour leur pugnacité.Nul doute que la situation en Ukraine a du influer sur la volonté de Vladimir Poutine qu’un tel accord se signe enfin.

Pour l’Union Européenne, ce n’est pas très glorieux car cela signifie que, si elle le veut, la Russie peut faire basculer une partie importante  de sa production de gaz de l’Europe vers l’Asie. Un avertissement sans frais peut être,Maitre Poutine?