Baisse générale des investissements pétroliers

Ça y est ! Toutes les grandes sociétés pétrolières internationales viennent d’annoncer leurs résultats 2014 avec les résultats de Total annoncé ces jours ci et ont donc fait apparaître les conséquences sur leurs investissements des effets de la chute du prix du baril de pétrole ( 50pct!) ainsi que des variations du dollar.

Et voiçi ce que ca donne ci contre. Pour la Shell qui avait investi en 2013 44 milliards de dollars,les dépenses budgétées pour 2015 seront de 35 milliards seulement, 9 milliards de moins qu’il y a deux ans. Ce sont les projets les plus complexes, et les plus couteux qui vont passer à la trappe, en particulier ceux dans les schistes bitumineux canadiens.

Chevron va se concentrer sur les gaz de schistes du Permian au Texas plus que sur ceux du nord des Etats Unis plus difficiles à exploiter. Abandon également du programme de forages en Pologne et suspension d’un forage dans l’Arctique canadien et report de programmes dans l’offshore très profond. Au total 7 milliards de budget de moins qu’en 2013.

Pour ExxonMobil dont le programme ne sera annoncé qu’au début Mars, mais dont l’année 2014 a été correcte, ce sera la poursuite de la baisse du budget exploration /production en baisse nette sur deux ans de 42,5 à 37 milliards de dollars, c’est à dire moins accentuée que celle de ses confrères.Pression accélérée également en terme de réduction des coûts.

BP est celui qui est dans la situation la plus difficile du fait des conséquences de l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon, dont 40 milliards de cessions d’actifs, qui ont beaucoup affaibli la compagnie. Elle vient d’ailleurs de vendre à Chevron ses droits sur deux gisements pétroliers très importants dans le golfe du Mexique.C’est le pétrolier dont le budget exploration/production a le plus baissé de 36 milliards de dollars en 2013 à seulement 20 en 2015! 

Enfin Total a annoncé des résultats en forte régression à 4,2 milliards de dollars de résultat après dépréciation d’actifs de 7,1 milliards de dollars. La production de brut a diminué en 2014 de 7pct à 2,15 millions de barils, un soucis pour tous les pétroliers dont malgré leurs investissements la production annuelle à de la peine à suivre la demande.

Les investissements seront en baisse à 23 milliards de dollars après 26 en 2014 et 28 en 2013.Les mesures d’économie seront renforcées à 1,2 milliards contre les 800 millions prévus précédemment et des embauches gelées qui se traduiront par une baisse des effectifs de 2000 postes sur 100 000.

Dur dur pour la recherche pétrolière en 2016. Étonnez après ça que tous les fournisseurs de services de cette industrie, les fournisseurs de plateforme de forages, comme Halliburton, Baker ou Schlumberger,les engineering comme Technip, les fournisseurs d’équipements divers comme Vallourec ou d’autres réduisent leurs effectifs à tout va!