Brèves économiques

  • La Grande Bretagne vient d’annoncer ce que d’autres pays, tout aussi vociférants pourtant contre la société Google, n’ont pas osé faire: Taxer les profits qu’une habile optimisation fiscale lui ont permis d’éviter jusqu’à présent! C’est le Ministre des Finances, Georges Osborne qui vient de l’annoncer en première mondiale lors de son discours d’automne sur la situation économique et budgétaire de son pays.
    Comment a t il réussi à le faire, se demandent sans doute ses collègues, dont celui de nôtre propre pays?
    Ce sont surtout les sociétés de l’économie internet, Google, Amazon ou Apple qui sont visées dans cette bataille car leur site est accessible de n’importe où dans le monde sans que les gouvernements ne puissent intervenir sur cette localisation et le lien entre localisation et impots perçus. Ainsi donc Georges Osborne a annoncé la « création d’une taxe de 25 pct sur les bénéfices générés par les multinationales sur leur activités réalisées au Royaume Uni et qu’elles transfèrent à l’étranger par ces sociétés ».
    Très bien, reste à définir comment il accède à ces bénéfices quand la vente, soit des produits ou services offerts, soit des publicités apparaissant sur le site, est faite par une société irlandaise ou localisées dans un paradis fiscal?
    Monsieur Osborne annonce que les modalités d’application de cette taxe seront connues dans quelques semaines et qu’elles ne nécessiteront pas de changer les traités internationaux qu’à signé la Grande Bretagne.
    Les experts financiers internationaux qui connaissent bien le sujet expriment une incrédulité polie car, disent il, les entreprises pourront s’abriter derrière les accords de double imposition qui permettent de choisir le pays où l’on souhaite que ses profits soient taxés.
    Alors intox ou info? L’avenir le dira, le plus tôt possible Monsieur Osborne, mais visiblement la communauté financière croit plutôt à un effet d’annonce qu’à une mesure concrête et incontournable.En tous cas si elle marche , Monsieur Osborne pourra en vendre les droits, voire le brevet, au reste du monde pour l’équivalent au moins des recettes nouvelles qu’il en tirera!
    Finalement c’est peut être çà l’astuce?
  • Vous connaissez la célèbre marque d’arme de guerre Kalachnikov,dont les fusils d’assaut AK 47 se sont répandus partout dans le monde, qu’il y ait guerre ou pas.C’est un holding public russe qui les fabrique, Rostec. Il souffre particulièrement des sanctions américaines contre la Russie car les Etats Unis étaient un client particulièrement important pour eux.
    Alors ils se redéploient vers d’autres pays et d’autres régions du monde, en Asie ou en Amérique du Sud. Ne vous étonnez donc pas si d’içi quelque temps vous voyez içi et là dans ces régions des conflits émerger sporadiquement.
    Rostec a rajouté du marketing dans cette activité avec un nouveau logo un grand K en forme de chargeur noir autour et rouge au centre et étant sa gamme en développant une gamme d’arme de chasses sous la marque Baïkal et d’armes sportives sous la marque Izhmaszh avec la gamme de vêtements qui vont avec…..Curieux non?
  • Savez vous à combien de dépenses supplémentaires ont été évaluées les frais de mise en place des nouvelles activités périscolaires chères à Monsieur Peillon? D’après une enquête réalisées à la demande de l’Association des Grandes Villes de France et portant sur 22 grandes villes, à 2 millions d’euros par ville et par an en moyenne après versement des aides de l’Etat, des prestations de la Caisse d’Allocations Familiales et parfois des participations des parents.
    Alors que ce n’est pas à priori le rôle régalien de l’Etat de fournir des activités périscolaires à nos enfants dont les parents préféreraient sans doute  qu’ils mettent à leur disposition une éducation de meilleure qualité avec moins d’échec ( 150 000 enfants sortant tous les ans sans aucun diplôme de l’Education Nationale).
    Des aides d’état qui devraient un jour disparaitre, après quoi ce sera aux villes de gérer financièrement un système qu’elles n’ont pas demandé.
    Tout cela pour une réforme des rythmes scolaires dont il ne me semble pas prouvé scientifiquement que cette réforme modifiera sensiblement la qualité de notre éducationL. Mais il est vrai que dans ce pays chaque Ministre de l’Education nouveau se doit de laisser une réforme quelconque à la nation…
  • Autre surcoût que nous devrons prendre en charge, celui de la maladie nouvelle que constituel’Obésité. A l’echelle mondiale d’après l’institut Mc Kinsey l’a chiffré à 2000 milliards de dollars soit 2,8 pct du PIB. 70pct proviennent des revenus manquants découlant de la perte de productivité liée à la surmortalité que l’obésité provoque ou à des coûts directs pour les systèmes de santé.
    Les 30 pct restants sont liés aux coûts indirects des surpoids excessifs et en particulier aux problèmes cardiaques ou de diabète qu’il induit.
    Nous sommes plutôt bien lotis en France dans ce domaine avec 15 pct d’obèses contre 25 pct en Allemagne, ou 33 pct aux Etats Unis.Mais elle n’était que de 6,5 pct en 1991…
    Son coût en France est de 54 milliards soit 2,6 oct de notre PIB, mais reste moins coûteuse que le tabac (3,1 cpt du PIB) que la violence (2,3 pct) ou l’alcoolisme (2,2 pct).
  • Vous connaissez les hôtels Campanile,Première Classe, Kyriad et la serie des hôtel Tulip, Tulip Inn, Golden Tulip et Royal Tulip. Ils appartiennent au Groupe Louvre Hotels qui eux même appartiennent à la société de capital investissement Starwood Capital (Shératon etc)  qui l’avait acheté eux mêmes au Groupe Taittinger, forcé de vendre pour cause d’ISF confiscatoire pour certains des héritiers de la famille.
    Une chaîne qui compte 1100 établissements, soit 90 000 chambres, répartis dans 40 pays européens.
    Bref,c’est le numéro 2 de l’hôtellerie économique dans l’Union Européenne dont Starwood, plutôt axé sur l’hôtellerie haut de gamme, avait souhaité se séparer et avait pour celà entamé un processus de cession avec appel à candidatures.
    Starwood vient d’en annoncer la vente … à un groupe chinois, Jin Jiang International Holdingsqui est un poids lourd du tourisme et de l’Hôtellerie en Asie du Sud Est avec plus de 1700 hôtels dans 11 pays, mais majoritairement en Chine.
    Le prix de cession n’a pas été divulgué mais doit se situer dans une fourchette de 1,2 à 1,5 milliards d’euros sur la base de l’appel d’offre public précédent.Dans peu de temps, quand vous irez passer la nuit dans un Campanile, vous serez chez des chinois…
  • J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de la société d’ingéniérie, Akka Technologies, d’origine lyonnaise quand elle avait racheté à la surprise générale la filiale de Daimler Benz, MB Tech. Elle emploie 11 000 ingénieurs dans le monde et fait un chiffre d’affaire annuel de l’ordre de 900 millions.
    Il se trouve que Daimler Benz était le partenaire historique du constructeur chinois Beijing Automotive, BAIC, qui souhaitait développer une berline haut de gamme pour le seul marché chinois, baptisée C 90 L et prévue être développée sur la base d’une plateforme Mercédès. Assez naturellement, c’est vers Akka Technologies que BAIC se tourna pour concevoir ce véhicule haut de gamme complet.dans le;cadre d’une joint ventrue entre les deux sociétés en cours de constitution.
    Voila qui permettra à Akka Technologuies d’accroitre fortement la part de son activité réalisée en dehors de la France et de l’Allemagne.Son PDG, Maurice Ricci, vise les 200 millions d’euros de chiffre d’affaire réalisé en dehors de ces pays, en forte hausse par rapport à son niveau actuel de 130 millions.
  • Vous savez que le bouchon en liège est désormais concurrencé par le bouchon en plastique pour les vins bas de gamme, mais de plus en plus pour ceux de la gamme moyenne car ce dernier permet de ne pas soumettre le client au risque du « goût de bouchon » qui peut tuer un vin de bonne classe qui vous a coûté cher à l’achat.
    Au delà du bouchon, c’est également le bouchage tout entier qui évolue vers des modes plus facile à boucher et à rouvrir pour le client qui prête de moins en moins d’intéret, en particulier dans les pays qui commencent à accéder à la culture du vin, au bouchage traditionnel en liège.
    Le liège ne se laisse pas faire pour autant. Voici un nouveau mode de bouchage qui allie ce matériau traditionnel et un nouveau bouchage qui évite de devoir prendre son tire-bouchon. Car, peut être ne le saviez vous pas, le chinois moyen ne possède pas de tire bouchon!C’est le portugais Amortim, numéro un mondial du liège, qui s’est allié à Owens-Illinois, leader mondial de l’emballage en verre et repreneur en France, il y a une dizaine d’années,des anciennes installations de production de l’ex BSN, qui se sont alliés pour mettre au point ce nouveau bouchage en liège.
    C’est la combinaison du nouveau bouchon ci contre en liège fileté et d’une bouteille au goulot fileté intérieurement dans lequel se visse le dit bouchon. Pour ouvrir la bouteille, on fait l’inverse, on dévisse. Pas besoin de tire bouchon en effet
    C’est la coopérative du Val d’Orbieu qui sera le premier à utiliser bouteille et bouchon de liège nouveau pour sa nouvelle cuvée haut de gamme, La Cuvée Mythique.On lui souhaite Bonne Chance de même qu’on souhaite bonne chance à Owens Illinois qui s’est installé majoritairement, sans que nous nous en apercevions, à la tête de la production française de bouteille.
    Espérons qu’ils penseront à avertir le consommateur du nouveau mode d’ouverture de ces bouteilles. Bravo pour l’idée en tous cas