Débat bien surprenant !

Dans la perspective de « je vais donner mon opinion à l’examen de fin d’année », j’avais organisé toute la semaine une thématique sur l’avortement. Ben voui ! Et j’étais partie d’une vidéo de TV5 Monde. Ce média est tout plein de ressources pour les profs de FLE.

Ce matin, c’était débat. J’avais scindé la classe en deux équipes, la pour et la contre l’avortement. Chaque équipe devait trouver des arguments. Ici, en Ouganda, cet acte est interdit et pénalisé : de 5 à 7 ans de prison. Mais il se pratique dans les villages, à force de plantes et autres mixtures. Les étudiants ne m’ont pas dit le reste… Ah ! Si, il est extrêmement cher quand il est pratiqué, en douce, par un médecin. Ça me rappelle la situation d’avant la loi Veil, il y a plus de 40 ans.

Bref, nous papotons, nous papotons (en français, of course !), nous en venons aux coutumes dans les tribus. Il y aurait plus de 60 tribus, en Ouganda. Dans certaines, une femme qui a interrompu sa grossesse est chassée, dans d’autres elle est bastonnée.

Mais voilà qu’arrive la discussion sur les bébés… et ! Oh ! Purée ! Diable ! J’apprends qu’en Ouganda certains hommes font des enfants aux vaches, et que les bovines accouchent d’êtres hybrides.

Je n’ai eu qu’un cri : « Ce n’est pas possible ! ». Cri du cœur de (presque) tous les étudiants : « Si, ça existe, même qu’il y a des enfants qui naissent… ». Euh ! Voilà l’origine du Minotaure.

Moi : « Je n’y crois pas, c’est contraire à la science ».

Grand éclat de rire… La science, c’est des conneries. Ah bon ! Je me demande s’ils ne se sont pas moqués de moi… Peut-être qu’ils croient que je crois que les africains sont tous ensorcelés ? Et si, eux, adhèrent à ce genre de mythe, alors je saisis encore mieux ce qu’on appelle « choc culturel » en « didactique du contact des langues et des cultures ». Voui !

Même qu’il parait aussi que la nuit, les femmes vont se baigner dans le lac Victoria, et qu’elles tombent enceintes… Re voui ! Je vais regarder la tête des chevreaux, demain, en allant faire mes courses, d’ici que je découvre que les chevriers, à l’instar de leurs collègues vachers…

Et voilà qu’en rentrant après les cours, comme à mon habitude, j’ouvre internet pour aller faire le tour du monde de l’info… Que vois-je ? Un article de Jeune Afrique qui explique que le viagra pourrait être un excellent remède aux crises de paludisme… Je cite :

« Des pilules bleues pour soigner les globules rouges : le Viagra serait efficace contre la transmission du paludisme. Des érections inopinées sont cependant à redouter. Simples effets indésirables ou vrais dommages collatéraux ? »

Pauvres vaches, elles ne sont pas au bout de leurs peines !