Dictées: La ministre nous raconterait elle des histoires…?

J’avais été surpris que notre Ministre de l’Education, Najat Vallaud Belkacem,manifeste publiquement un retour surprenant en faveur de la dictée lors de ses dernières interventions télévisées alors que précédemment elle avait fait preuve d’une forte tendance au laxisme. Je m’étais même demandé si elle n’agissait pas sur ordre du Président pour en tirer un bénéfice électoral lors des prochaines élections régionales de fin 2015. En tous cas j’avais applaudi à ce changement de pied de Ministre.

Curieusement je vous apparaître sur Internet un article comparant la dernière version des programmes scolaires et ces nouvelles recommandations télévisuelles.La fameuse dictée quotidienne et obligatoire n’y apparaît pas. Ce n’est pas une dictées formelle, comme elle-même l’avait rectifié le lendemain même de son annonce, mais un « énoncé d’exercice » ni corrigé et ni noté. Ah bon?

Dans les programmes eux mêmes, la dictée n’est pas le sujet le plus important de loin, on y parle de la « dictée à l’adulte », c’est à dire l’enfant qui dicte et le maître qui écrit! Ah bon? et c’est le maître qui progresse?

Par ailleurs la dictée n’est que le reflet d’un enseignement celui de l’orthographe et de la grammaire que l’on devrait retrouver dans les programmes. Or l’on n’y parle que de « vigilance orthographique »....Et l’on suggère de laisser l’enfant construire son savoir tout seul, c’est à dire de choisir parmi les différentes options d’écriture d’une phrase que doit lui présenter le professeur, celle qui lui parait correspondre le plus à son estimation du français correct.

On finit par se demander qui commande dans cette pétaudière que semble constituer le ministère de la Ministre, des conseillers pédagogiques ou du Président lorsque des élections approchent.

Je crains malheureusement que l’on essaye de nous « enfumer » et que la Ministre ne participe, hélas, de cette tromperie organisée….Étonnant non?