Djokovic domine facilement Nadal pour se hisser en finale du Masters

6-3 6-3 en 1h17… Un match finalement bien moins disputé que l’annonçaient la plupart des commentateurs … Et en réalité, c’est tellement logique  Le reflet d’une année où Djokovic a su imposer son ambition et son agressivité à la majorité de ses adversaires dans les moments essentiels  et surtout dans les matchs qui comptent, au risque parfois de passer au travers et de se mettre tout seul en difficulté face à des joueurs moins attendus.

Nadal a compris d’emblée qu’il était impuissant … En perdant son service d’entrée de jeu, Nadal était condamné à courir après un adversaire face auquel il n’arrive pas à trouver la moindre solution pour le déborder. Facile sur tous les services, Djokovic aurait pu enfoncer le clou dès le début de la deuxième manche. Nadal en sursis grâce à une erreur d’arbitrage a pu sauver sa mise en jeu et essayer de se relancer, en gardant sa volonté intacte. Paradoxalement, c’est peut-être au moment où Nadal semblait mieux jouer, trouver plus de longueur et imprégnait plus d’effets dans ses balles qu’il a été breaké par Djokovic au terme d’un point exceptionnel aux allures de bras de fer. Novak n’a fait ensuite que gérer par un excellent service, resserrer le jeu quand à 4-3, la première paraissait en panne. Nadal a failli revenir un peu dans la partie, mais a vite compris que la porte de l’espérance s’était aussi vite refermée sur un service gagnant.

A 5-3, Djokovic a fourni l’effort décisif pour s’imposer sur le service adverse au terme de plusieurs points superbes et deux lobs prodigieux qui rappellent la somme d’efforts que le serbe impose à tous les joueurs pour gagner le moindre point important.

Le score sec ne doit pas faire oublier que Nadal même s’il a sur ce match montré toutes ses limites actuelles, a réussi une belle progression pour se hisser en demi sur une surface peu favorable. Certes, le service comme les retours de Nadal restent problématiques, comme sa longueur de balle, trop souvent insuffisante pour gêner un joueur tel que Djokovic. Je reste convaincue que Nadal est capable de redevenir dangereux en 2016.

Au passage, Djokovic devient le premier joueur à mettre fin à la suprématie de Nadal qui depuis des années était le seul joueur à dominer largement en général tous ses adversaires principaux. Federer devrait avoir encore beaucoup de travail pour contester l’équilibre des forces en restant mené 23-11…