Grèce: Christine Lagarde, le bad cop du FMI

Christine Lagarde a remplacé Angela Merkel  dans le Panthéon grec de l’impopularité. Un exploit, car la chancelière  allemande (et les Allemands en général) avait plusieurs longueurs d’avance sur  la directrice générale du Fonds monétaire internationale (FMI). Mais, le 16  juin Alexis Tsipras, le jeune premier ministre grec, a clairement désigné son nouvel ennemi : devant la Vouli, le parlement monocaméral grec, il a dénoncé la « responsabilité criminelle » de l’organisation dirigée par Lagarde dans la situation de son pays.

Deux jours plus tard, celle-ci lui répondait sèchement en demandant que la Grèce envoie enfin des « adultes » pour négocier. Pas démonté, Tsipras a remis le couvert le 24 juin en l’accusant de ne pas chercher réellement un compromis, mais de « servir des intérêts particuliers », comprenez ceux de ses adversaires politiques…

« Il y a un problème FMI », confirme un diplomate européen dans les couloirs du sommet qui a eu lieu à Bruxelles jeudi et vendredi. Alors que la zone euro affichait lundi soir son optimisme, après qu’Alexis Tsipras ait enfin proposé une série de réformes, dont la plupart à l’opposé de ses engagements électoraux, Christine Lagarde a jeté un froid en corrigeant rudement sa copie. Pour elle, la Grèce, en procédant surtout à des hausses d’impôts au détriment des coupes dans les dépenses publiques, allait étouffer son économie déjà flageolante…

« C’était une négociation surréaliste, car le FMI ne semble plus savoir ce qu’il veut », raconte un diplomate proche des négociations. « Ainsi, il voulait une hausse de la TVA sur la restauration à 23 %, une mesure que rejetait Tsipras à cause de son effet récessif. On lui a expliqué que cela lui permettra de trouver les 900 millions qui manquent pour parvenir à un deal. Il négocie durement avec sa majorité et finalement accepte. Mais à ce moment le FMI explique qu’il a refait les calculs et qu’à cause de l’effet récessif, cette mesure va seulement ramener 300 millions et qu’il faut augmenter la TVA ailleurs. De quoi devenir dingue, non ? »

La Commission a depuis longtemps pris ses distances avec les « fanatiques » de l’organisation de Washington, mais sans jamais s’épancher sur la place publique. « Le Fonds est dans une posture idéologique », dénonce un eurocrate : « par exemple, il estime qu’un assouplissement du marché du travail est bénéfique par principe. Mais en Grèce, le chômage est à 25 % et même le patronat ne le demande pas. Même chose sur les retraites, il faut les réformer, mais pas en 3 mois : ça se prépare, ça se négocie, on ne passe pas à la hussarde ». Mais, pour le FMI, la Commission a une
vision bisounours du monde, celle où on essaye de ménager toutes les susceptibilités et de ne fâcher personne. Lui, il n’a pas ces états d’âme : lorsqu’il intervient pour éviter à un pays la faillite, il a l’habitude de prendre les commandes du pays et de tailler à la hache pour que le plus dur soit fait rapidement. Les Britanniques, qui ont dû l’appeler à l’aide en 1976, sont encore traumatisés par son intervention qui a préparé l’avènement de Thatcher : mieux vaut faire soit même les réformes plutôt que d’attendre les « hommes en noir »…

Leur boîte à outils est simple : des prêts à court terme pour permettre à l’État aidé de continuer à payer ses fins de mois, des coupes dans les dépenses publiques, des hausses d’impôts, une restructuration de la dette et une dévaluation de la monnaie, ce qui est censé remettre le pays sur pied avec des comptes publics en ordre, une compétitivité restaurée, une dette soutenable. Le problème est que cette boite à outils n’est pas adaptée à la Grèce : la monnaie ne peut pas être dévaluée et ses partenaires de la zone euro ont exclu une nouvelle restructuration de la dette grecque après celle de 2012 (115 milliards d’euros de perte pour les créanciers privés). Et pour ne rien arranger, les réformes n’ont été que partiellement mises en œuvre par Athènes, les différents gouvernements se heurtant à de fortes résistances internes. Or, les règles internes du FMI sont strictes : pour prêter, il faut que la dette soit soutenable, ce qui n’est pas le cas de la dette grecque qui continue d’augmenter. Donc il faut davantage couper dans le budget afin de dégager des marges pour permettre ce remboursement, même si cela accroit le marasme économique. Bête et méchant. « Alors que nous, les Européens, on s’en fiche », explique-t-on à Paris. « On sait qu’on rendra cette dette perpétuelle par de l’ingénierie financière et qu’elle ne sera pas intégralement remboursée. Mais ça, le FMI ne peut l’entendre ».

On ne peut pas faire l’injure à Christine Lagarde, ancienne ministre française des Finances, de ne pas comprendre le piège dans lequel elle risque de faire tomber et la Grèce et la zone euro. Mais elle n’est pas libre de faire ce qu’elle veut : son board est composé d’une majorité de pays infiniment plus pauvres que la Grèce qui encaissent mal le traitement de faveur qui lui a été accordé, jamais aucun pays n’ayant reçu une telle aide. Beaucoup estiment que si les recettes du FMI ne fonctionnent pas, c’est de la faute des Grecs : on le pense en Allemagne, en Finlande ou aux Pays-Bas, qui soutiennent l’approche du FMI, mais aussi en Afrique, en Amérique Latine et en Asie.

Lagarde, en campagne pour sa réélection, et certaine de bénéficier du soutien des Européens, n’a aucune intention de se couper de son board en lui tordant le bras. En supposant qu’elle en ait l’autorité suffisante. Ce dont doutent plusieurs observateurs, après qu’elle se soit plainte de ne plus pouvoir contrôler son négociateur en chef, le Danois Poul Thomsen, qui ne cache pas son mépris des Grecs après cinq ans de négociations épuisantes.

N.B.: article paru ce matin dans Libération