La grue de l’Ambassadrice

Grue ambassadrice1Jeudi, avant de quitter Kampala pour Jinja, nous avons été invités à un déjeuner chez Madame l’Ambassadrice de France. « Nous », c’est-à-dire toute l’équipe et l’encadrement des projets de coopération linguistique.

Le jardin de la Résidence de France est squatté par une grue, l’oiseau qui est l’emblème de l’Ouganda. J’en ai demandé l’histoire à l’Ambassadrice. Cette jolie demoiselle est arrivée sous son prédécesseur. Un matin, elle était là et elle est restée. Elle se comporte comme un chat. Quand la famille est à table, elle vient quémander l’aumône aux restes du repas. Elle a cessé d’être sauvage et restera sans doute, dans ce beau jardin, jusqu’à sa dernière parade.

Grue ambassadrice2

C’est réellement un oiseau superbe. Elle a joué la star, indifférente et fière, lorsque nous l’avons bombardée de photos.

Sur la route de jinja

Après le déjeuner, l’Adjudant Carole nous a embarquées, Morgane et moi, afin que nous rejoignions Jinja. Il y a moins de 100 kilomètres entre les deux villes, et même en prenant la route du nord, moins chargée que l’axe usuel (celui qui relie Kampala à Nairobi au Kenya), nous avons mis presque trois heures. Nous avons traversé de nombreux villages, contemplé la nature foisonnante mais domptée au bord des routes. Il y a toujours un groupe d’enfants, un marcheur, qui arpentent la chaussée.

Papyrus

Alors que nous approchions de Jinja, au creux d’une colline, nous avons longé un marais. Des papyrus ! Cette plante qui évoque le Nil.

C’est à la nuit tombée qu’enfin, jeudi soir, je me suis posée et que j’ai déballé mes valises. Je vais rester 9 mois dans cette chambre, à la caserne de l’École militaire de Jinja.