La Guerre de la Mobilité est déclaré!


La loi Macron qui doit révolutionner l’activité économique de ce pays est toujours dans le long processus d’approbation de nos lois. Elle doit encore repasser à l’Assemblée Nationale après avoir subi un passage en commission mixte paritaire Assemblée Nationale/Sénat.C’est dire qu’elle sera finalement approuvée vers le mois d’août, un an après que Emmanuel Macron ait été nommé Ministre de l’Economie dans le gouvernement Valls. Et ensuite il faudra en publier les décrets d’application qui peuvent être parfois long à définir et à mettre sur le papier car, comme vous savez, le diable est dans les détails.

C’est dire combien le temps du législatif se situe à des années lumières de celui de l’économie et de l’industrie. Autre exemple du même tonneau, vous pensez peut être que la loi sur la transition énergétique, chère à Ségolène Royal, dont on vous a parlé maintes fois a été approuvée, publiée au Journal Officiel et publiée finalement avec ses décrets? Que nenni! Elle vient de terminer son passage au Sénat et va maintenant  entamer son second passage devant l’Assemblée Nationale après l’echec du passage en Commission mixte paritaire!

Revenons à la loi Macron et à l’un de ses effets de relance d’activité attendu, celui lié à la libéralisation des transports de passagers. Vous savez que les transports par autocars en France étaient bridés depuis longtemps pour ne pas ennuyer cet état dans l’état qu’est la SNCF et ses syndicats.Il a fallu quand même appliquer les recommendations européennes et donc on va passer avec la Loi Macron dans un régime de semi liberté qui va sans nul doute bouleverser la donne de la mobilité en France.

Une donne qui avait été attaquée par la centrale de covoiturage BlaBlaCar qui avait amené nombre de personnes à moyens limités au partage de véhicules sur toutes sortes de destinations, certaines en concurrence directe avec les TGV et d’autres pour des liaisons ville à ville face aux transports ferroviaires régionaux. La SNCF avait réagi d’une part en lancant les trains Ouigo entre gares peu fréquentées ou éloignées des centres ville et en créant une compagnie de bus ville à ville nouvelle IdBus,concurrente de la filiale de Transdev qui est l’acteur majeur de ce marché, Eurolines.

Le Britannique Stagecoach a commencé à tester ce marché en prévision de la libéralisation prochaine avec des bus couchettes modernes, les Mégabus, sur la ligne Toulouse-Londres, dans le cadre officiellement de la ligne internationale Barcelone-Londres…. pour respecter la législation. Aujourd’hui surprise, c’est l’opérateur de bus le plus important d’Allemagne, Fixbus qui vient d’annoncer son arrivée sur le marché français avec le matériel en photo ci dessus. Autre intervenant, une association de PME locales qui ont commencé à faure des offres sous le nom de Starshippersur des trajets moins courus, Paris Nantes par exemple ou en transversal Bordeaux-Lyon.

C’est dire que le dernier trimestre risque d’être chaud dans la mobilité, chacun usant de ses avantages et sans doute à coup de prix canon pour prendre de la part de marché. La SNCF risque de souffrir pour ses TGV mais aussi ses lignes régionales,BlaBlaCar risque d’y laisser quelques plumes sur les grandes lignes et pour le compagnies de bus tout dépendra de la bataille de prix pour déterminer le gagnant. Ça devrait par contre bien créer de l’emploi

Un seul problème, mineur tout de même, la France manque de gares routières pour accueillir tous ces bus et compagnies de bus…