La zone euro alourdie par la Grèce

Une nouvelle inconnue s’est ajoutée à une équation grecque déjà passablement complexe : les deux partis les plus opposés à l’aide à la Grèce (le parti du Centre et les « Vrais Finlandais ») ont remporté les élections de dimanche en Finlande. Il va devenir difficile pour le gouvernement d’Alexis Tsipras d’invoquer en permanence se toute fraiche légitimité démocratique pour continuer à refuser d’établir la liste des réformes précises que ses créanciers lui réclament en échange d’un nouveau prêt de 7,2 milliards d’euros, le camp des « durs » au sein de l’Eurogroupe (les 19 ministres des Finances de la zone euro) se renforçant.

Car, depuis deux mois, la Grèce « joue la montre », selon un diplomate européen, « espérant qu’on ne pourra pas faire autrement que de l’aider de peur de voir la zone euro se déliter : ont-ils raison ? Ou sommes-nous prêts à prendre le risque d’un Grexit ? C’est impossible à dire ». Quoi qu’il en soit, chaque jour qui passe rapproche dangereusement le pays d’un défaut de paiement, d’autant que l’incertitude politique grève dangereusement les espoirs de reprise économique.

Pourtant, la Grèce a pu mesurer son isolement au cours des dernières semaines : non seulement elle n’a trouvé aucun allié au sein de la zone euro, mais elle a indisposé par ses provocations (les réparations de guerre demandées à Berlin, les clins d’œil à Moscou et Pékin) et ses erreurs de manœuvre ses partenaires les mieux disposés à son égard. La zone euro « n’a jamais été aussi unie », a ainsi expliqué hier à Libération Pierre Moscovici, le commissaire chargé des affaires économiques et monétaires. Pis : elle n’a trouvé aucun allié extérieur : ni Moscou ni Pékin ne se sont montrés disposés à suppléer les Européens. Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, n’a pas hésité à se moquer de Syriza, le parti de gauche radicale qui dirige la Grèce avec la droite radicale souverainiste d’ANEL, jeudi, à Washington : « si vous trouvez quelqu’un à Moscou ou à Pékin qui est prêt à vous prêter de l’argent, nous sommes d’accord ».

Les États-Unis, qui souhaitent pour des raisons stratégiques que la Grèce reste dans l’Union européenne et dans l’euro, se sont eux-mêmes lassés des tergiversations grecques : « aidez-vous vous-mêmes, faites des réformes difficiles : collectez l’impôt, réduisez votre bureaucratie, rendez de la flexibilité au marché du travail », a lancé le président américain Barack Obama, vendredi, lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre italien Matteo Renzi. « Nous soutiendrons un degré de flexibilité sur la façon dont vous avancerez », a-t-il poursuivi, « mais vous devez montrer à vos créanciers et à ceux qui soutiennent votre système financier que vous essayez de vous aider vous-mêmes, et cela requiert le genre de décisions difficiles que Matteo commence à prendre ».

« Si le verre est à moitié vide, on pourra considérer qu’il est à moitié plein », espère un haut fonctionnaire européen : « tout le monde veut les aider. Mais pour l’instant, le verre est totalement vide et ça, c’est inacceptable ». Ce que confirme Pierre Moscovici : « les négociations avec la Grèce avancent très lentement. Ca n’a commencé à bouger que samedi, lors de la réunion du Club de Bruxelles –Commission, Banque centrale européenne, FMI- samedi à Paris ». « Ca coince sur tout : le gouvernement grec ne propose aucune réforme articulée et n’a aucune vue d’ensemble de ce qu’il faut faire », poursuit l’ancien ministre des finances français : « les Européens leur ont pourtant donné du temps et ont fait preuve de flexibilité. Le climat actuel est très très préoccupant ».

De fait, selon nos informations, ce n’est pas seulement sur la réforme des retraites, la flexibilisation du marché du travail ou l’augmentation de la TVA, c’est-à-dire les mesures d’austérité budgétaires, que les négociations bloquent : tout se passe comme si Syriza ne s’attendait pas à accéder au pouvoir et n’avait pas préparé une feuille de route précise d’une réforme d’un État qu’il juge lui-même dysfonctionnel. Ainsi, la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale n’est pour l’instant qu’une proclamation et n’a pas été accompagnée de mesures concrètes n’a été prise, comme, par exemple, le rattachement du SDOE (l’élite des agents du fisc) au secrétaire général chargé des recettes publiques (un  poste indépendant). Or, la capacité de l’État grec de lever enfin l’impôt est sans doute l’un des plus gros abcès de fixation des créanciers de la Grèce qui veulent éviter que le pays ne replonge dans ses vieux travers (la fraude fiscale est estimée entre 20 et 40 milliards d’euros par an selon les sources).

« Non seulement il ne se passe rien entre la Grèce et la zone euro, mais il ne se passe rien à l’intérieur du pays », affirme un diplomate européen : « on ne sait vraiment pas ce qu’ils veulent ». Or, sans réformes précises, pas d’aide, mais aussi pas de négociation sur un allègement de la dette ou du surplus primaire budgétaire (avant charge de la dette).

Le problème est que le temps presse : selon le FMI, il faudra non seulement boucler rapidement le plan d’aide actuel, mais mettre sur les rails d’ici fin juin un troisième plan qui pourrait être compris entre 30 et 50 milliards afin de mettre le pays à l’abri des marchés jusqu’en 2030. Ce qui s’annonce difficile, car, là aussi, il faudra qu’Athènes s’engage sur des réformes structurelles précises. Si la Grèce continue à trainer des pieds, le nouveau gouvernement finlandais ne manquera pas de s’opposer à un troisième plan d’aide. Le Grexit est-il devenu inéluctable ? « Tous les scénarios sont sur la table », soupire le diplomate européen déjà cité.