Le braconnier se comporte bien comme un garde chasse !!

L’expression  » C’est comme nommer un braconnier,garde chasse » est attribuée à une députée (européenne?) hollandaise lors de la nomination de Pierre Moscovici comme Commissaire à l’Economie dans la Commission européenne. C’etait d’ailleurs l’une des raisons des réticences du nouveau Président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, à la nomination de Moscovici à ce poste, qu’il avait fini par surmonter, en considérant que Moscovici serait finalement bien placé comme garde chasse pour remettre dans le droit chemin, les plus rédoutables des braconniers de l’Union Européenne.

On est maintenant dans la phase d’observation de l’action de ce dernier, et force est de constater qu’elle est très discréte, par rapport aux autres pays de l’Union Européenne, dont la Grèce, et encore plus par rapport à la France elle même! Sans doute titillé par son Président, il a du monter au créneau vis à vis de la France pour la rappeler à ses objectifs de diminuer la dette et les déséquilibres budgétaires à coup de reformes structurelles

Avec une impudence extraordinaire, lui qui, en deux ans d’exercice comme Ministre des Finances, n’a rien fait d’autres que d’empiler les impôts supplémentaires, le maintien mensonger des prévisions de diminution des déficits, le manque de personnalité vis à vis des français et surtout, surtout,l’absence de toute reforme de l’Etat, de ses dépenses et de ses effectifs de fonctionnaires, se permet de venir,jouer le garde chiourme de ses ex-collègues et amis. Bref j’avais trouvé Pierre Moscovici quand il était dans l’opposition, un homme intelligent et ouvert. Je l’ai retrouvé sectaire, incapable d’action, ayant de plus perdu au poste de ministre la personnalité qu’il semblait avoir, et incapable de résister à la vague d’augmentation des dépenses. Sans compter que par rapport à Sapin ou Montebourg, il ne faisait pas le poids et que dans l’affaire Cahuzac , il s’est surtout signalé par son action pour protéger l’escroc plutôt que le contribuable ou l’électeur.

C’est pourquoi, maintenant, quand il revient faire des remontrances à ses collègues pour leur inactivité à faire ce que lui-même n’a pas eu le courage de faire en deux ans aux manettes du Ministère des Finances, je trouve ça un peu scandaleux. Un peu de pudeur, Monsieur Moscovici, votre patron, Monsieur Juncker, s’est amusé à vous envoyer enfin à la bagarre dans votre propre pays, ce que vous aviez essayé de décliner par tous les moyens, montrez nous que vous en avez le courage ou alors, comme c’est la grandeur de certains perdants, démissionnez!