Le Chili en finale de la Copa America aux dépens du Pérou

CHI / PER 2-1

Vous pensiez que le Chili était vainqueur avant même de jouer face au demi finaliste et la 3ème équipe de la Copa America 2011? Détrompez vous! Le combat a été difficile. Dès la 20ème min, le Perou s’était mis en difficulté suite à l’exclusion de Carlos Zambrano, qui à la 17ème min avait pratiqué un tacle dangereux sur Arturo Vidal et récidive avec un coup de pied dans le dos d’Aranguiz.. En dépit d’un premier but de Vargas, le Pérou subit mais résiste jusqu’à la 42ème minute quand un but de Vargas libère l’équipe. Mais en 2ème mi-temps, Medel permet au Pérou d’égaliser en marquant un but contre son camp sur un centre de Christian Ramos poussé dans le but avec trop de vigueur.

Sur un but et une frappe d’une puissance phénoménale de Vargas le Chili reprend l’avantage à la 63ème min… Après avoir égalisé quelques minutes auparavant, le Perou méritant et déjà en infériorité numérique a 30 min pour y croire encore, mais Vargas, devenu un joueur clé dans l’équipe chilienne a armé de plus de 20 mètres et a réalisé le tir imparable!

Pour ceux qui attendent toujours les grands matchs des affiches entre cadors plus prometteuses sur le papier, ce match entre le Chili et le Pérou aura été probablement une belle surprise. Les 90 min de jeu plein et d’énergie débauchée ont été très enthousiasmantes, avec un rythme, des attaques et des contres permanents… Les deux adversaires qui ont fait jeu égal en terme de volonté se sont livrés jusqu’à la dernière seconde  pour revenir ou pour tuer le match.

Cependant, comme tout match trépident, les polémiques sur l’arbitrage ne manquent pas ; surtout pour les adversaires du Chili depuis le début de la compétition. Si le carton rouge est indiscutablement mérité, un but refusé pour un hors jeu qui n’en est pas un a en définitive privé le Pérou des tirs au but. Malgré tout, le Chili s’est montré un peu supérieur au Pérou, plus agressif dans ses attaques et a affiché à nouveau un visage collectif séduisant qui a fait oublier la méforme durable d’Alexis Sanchez​ que l’équipe a essayé de porter vers le but après que l’un de ses ballons a heurté un poteau comme lors d’un des matchs précédents.