Le Chili s’impose 1-0 face à l’Uruguay à l’issue d’un match qui finit dans la confusion

CHILI / URUGUAY 1 – 0 (80ème) Avec les quarts de finale, on sent que la Copa America est passée dans une autre dimension. Le tenant du titre affronte le pays organisateur en quête d’un premier sacre. L’engagement est important dans les deux équipes, la Céleste s’emploie à défendre solidement, tandis que la Roja déploie son jeu au sol rapide et offensif.

Les anecdotes autour de Cavani auront probablement été à l’origine d’une partie de la déroute de l’uruguyen, qui a précipité le naufrage de son équipe, malgré lui au moins lors de la première sanction, mais il eut fallu un retour sur image pour comprendre et juger. Provoqué par Jara qui met une petite claque avant de lui mettre une main aux fesses, Cavani craque et tombe dans le piège de la provocation aboutissant au premier jaune à la suite d’une claquette reçue par Jara. La 62ème minute va-t-elle marquer un tournant alors que Cavani, déjà en crise personnelle et familiale et peu convaincant sur le terrain, reçoit un 2ème carton jaune et est exclu? Le match se durcit : la Celeste se cantonne à défendre et tacle de plus en plus sévèrement Alexis, pourtant assez peu efficace et en manque de fraîcheur et de tonus physique, durant ce match. Les Chiliens poursuivent leurs attaques sans se montrer dangereux puisque les Uruguayens essaient de casser le rythme en allant jusqu’à multiplier les fautes et renforcer le sentiment d’un jeu anarchique.

Récompense légitime pour un Chili plus productif sans être toutefois créatif ni inspiré : à la 80ème min, après une action tentée par Valdivia, le Chili est libéré par Isla qui reprend un ballon dégagé du poing insuffisamment pour éloigner le danger et lancer un contre de l’Uruguay. C’est donc un défenseur qui vient tromper le gardien de la Celeste Muslera et apporter un grand soulagement aux chiliens. Bien que favorisés par la supériorité numérique, les chiliens n’ont jamais cessé de repartir de l’avant et de faire le jeu, même si quelques minutes avant le but, un contre uruguayen a failli aboutir.

A la 87ème min, l’Uruguay s’effondre après une énième faute, un tacle arrière ultra violent sur Alexis Sanchez​ et un nouveau carton rouge à l’encontre de Fucile qui fait dégénérer l’ambiance. Survoltés, certains joueurs sont dans une totale confusion et la reprise est impossible d’autant que Tabarez le sélectionneur de la Celeste est aussi exclu sur un carton rouge suite à une intervention sur le terrain. Alors que 4 min de temps additionnel sont accordées, l’Uruguay lâche ses dernières forces dans l’attaque un peu désespérée. Claudio Bravo solide dans les buts prend possession du ballon pour rassurer ses défenseurs. Arturo Vidal rate de peu le 2-0 à la 97ème minute.

Le jeu a été dur, rugueux et le résultat est mérité sur l’ensemble du match, dans la mesure où le Chili a fait le jeu face à une défense fermée de l’Uruguay qui a réussi à faire son travail jusqu’à l’exclusion déterminante de Cavani.