Les Bravos de CaDerange…et un bonnet d’âne

Ils vont cette semaine au personnes, sociétés et organismes suivants:

  • A notre tennisman, Jean Wilfried Tsonga, en perte de vitesse ces temps derniers pour avoir su redresser la barre de manière spectaculaire et remporter le Masters 1000 de Toronto qui s’est joué la semaine dernière. Cette série de tournois de tennis appellée Masters 1000 est une serie de 9 épreuves de très haut niveau organisée par l’Association of Tennis professionals, ATP, un organisme crée par les joueurs professionnels en 1972 qui n’a rien à voir avec les tournois du Grand Chelem, dont Roland Garros, qui sont eux organisés par la Fédération Internationale de Tennis, ITF. En France le Masters 1000 se joue à Bercy et a d’ailleurs déjà été gagné par Jean Wilfried Tsonga il y a 6 ans.On a donc assisté à une série de matchs exceptionnels de la part de Tsonga qui a battu successivement pas moins de Djokovic (1er mondial),Murray (9ème), Dimitrov (8éme), et Federer (2ème) en finale. Une série tout à fait incroyable surtout après des défaites après la plupart d’entre eux en début de saison.
    Un Grand  Bravo à Jean Wilfried Tsonga pour cet ahurissant rétablissement qui lui a demandé des efforts physiques et moraux extraordinaire.
  • A un lauréat franco-brésilien de cet équivalent du Prix Nobel pour les mathématiques que sont les Medailles Fields, Artur Avila,qui a été distingué par l’Union Mathématique Internationale qui les organise, pour ses travaux de mathématiques sur les systèmes dynamiques dont l’application évidente et l’intèrêt réside dans la maitrise des mouvements des planètes.Car dès que l’on dépasse deux planètes en mouvement , il devient très difficile de modéliser ou de mettre en équation les mouvements respectifs.Il s’est intéressé, à titre d’exemple, à essayer de savoir si des boules lancées sur un billard rectangulaire ou polyédrique auraient tendance à rester groupées ou non. La réponse et la démonstration qui va avec, ont montré qu’elles resteraient groupées sur un billard rectangulaire mais non groupéess sur un billard polyédrique.
    Avec cette Medaille Fields la France est devenu le pays le plus primé dans ce domaine, à égalité avec les Etats Unis, et avec Treize Médailles. Un Grand Bravo à tous.
  • A l’équipe de France féminine de rugby que je ne connaissais pas et au premier match de laquelle j’ai assisté à la télévision et que donc j’ai trouvé très convaincante contre le Pays de Galles, puis contre l’Australie. Elles ont perdues certes, de justesse, en demi finale face aux canadiennes mais méritent bien un Bravo de CaDerange. Elles ont pu montré que dans un sport qui est une expression de force brute plus que de grace particulièrement, les femmes tout en gardant la problématique de la force brute qui est celle du rugby actuel, pouvait y rajouter un soupçon de grace. C’est simple elles m’ont rappelé le rugby d’avant l’arrivée des gros musclés, celui de Gachassin, des frères Boniface ou de Jean Pierre Rives. Bravo à elles et merci d’avoir révélé aux français ébahis ce sport nouveau..……et un bonnet d’âne à …..
  • Cette classe politique, tous partis confondus, qui gèrent, en dépit du bon sens, collectivités locales, départementales et régionales. J’avais fait remarqué, à l’époque ou Monsieur Raffarin avait relancé la régionalisation en accroissant leurs pouvoirs qu’il venait de créer 22 petits royaumes. Ca n’a pas manqué, amplifié par le phénomène de bipolarisation de nos forces politiques, chacun de ces roitelets s’est empressé d’accroitre bien sur son royaume en dépensant  plus et en embauchant du personnel supplémentaire, persuadés que,dans le système opaque qui préside à leurs élections, le peuple ne verrait que du feu à leur prurit dépensier, en apprécierait par contre les réalisations (voyantes en particulier) et oublieraient très vite les surcouts qu’il affecterat au pouvoir central.
    Le résultat, c’est que même dans le deux dernières années où ils avaient pu constater l’absence de marge de manoeuvre financières d’un gouvernement qui leur était politiquement proche, ils ont continuer à dépenser sans compter et à augmenter leurs effectifs.
    A signaler une curiosité  juridique dans le système français.Le gouvernement est responsable du déficit global de la France vis à vis de la Commission européenne, lequel déficit inclut celui des collectivités locales, alors que dans notre constitution, il n’a aucun droit sur l’établissement de ces budgets lesquels peuvent donc déraper allègrement au grand dam des gouvernements. Mais une dette est une dette qui doit toujours être remboursée… par le contribuable.