Les Tweets de CaDerange 3

  • Comme vous savez, nous sommes régulièrement vilipendés pour le comportement de nos ancêtres durant la période de la traite des noirs de l’Afrique vers les Etats Unis et l’Amérique centrale et du Sud. Il n’est pas inutile de rappeller qu’il n’y a pas eu qu’un esclavage transatlantique monté par les européens au moment de la colonisation et qui a porté sur des nombres estimé de 9 à 11 millions de personnes.Il y a eu auparavant entre l’année 652 et le début du vingtième siècle ce que l’on a appellé l’esclavage arabo-musulman qui pendant des siècles a razzié et soumis à l’esclavage de très nombreux africains au profit de différents pays musulmans comme la Turquie, l’Iran,le Yemen et même jusqu’à l’Inde lointaine. Un esclavage qui a porté sur 17 millions d’individus dont les racines ou les descendants en plus ont disparu pour cause de castration systématique.
    Il y a eu également une traite des blancs par les arabes du XVIème au XVIIIème siècle qui a porté sur 1 million d’individus du pourtour de la Mediterrannée dont des femmes qui allaient approvisionner les harems du Moyen Orient.k
    Les horreurs des uns ne sauraient dependant excuser les horreurs des autres…
    Pour plus d’information vous pouvez lire utilement deux articles de ma part des 21 juin 2006 et du 24 mars 2009.
  • La production de pèches en France est prévue atteindre les 260 000 tonnes cette année. Celles des abricots elle devrait atteindre les 168 000 tonnes cette année.
  • Francois Hollande bien qu’ayant battu Nicolas Sarkozy à la régulière semble conserver de l’estime pour celui çi puisqu’il en singe certaines méthodes discutables. Il a en effet choisi pour remplacer Dominique Baudis récemment disparu, un chiraquien bien connu, ex Ministre, Jacques Toubon. Les mêmes méthodes produisant les même résultats, le parti socialiste est furieux de voir ce poste échapper à un de ses membres de même que l’UMP l’avait été quand Nicolas Sarkozy avait embauché comme ministres Bernard Kouchner, Eric Besson ou Jean Pierre Jouyet!
  • De Albert Einstein: « Un problème sans solution est un problème mal posé ».
  • La déconstruction de bateaux, en particulier militaires, est une opération que l’on avait laissé aux Indiens ou aux bengladais sans s’être vraiment posé de question sur ses conséquences écologiques. Souvenez vous de l’odyssée scandaleuse du porte avions Clemenceau qui a fait le tour de la terre avant de trouver enfin un chantier naval équipé pour le déconstruire. Notre Marine Nationale a depuis appris qu’un tel exercice n’était pas à la portée de l’acheteur moyen et d’un chantier naval non spécialisé.
    Sachez que deux anciens bateaux militaires, le Colbert et le navire école la Jeanne d’Arc allaient être déconstruits sur le chantier bordelais de Bassens. Ce sont des filiales spécialisées de Véolia,Bartin Recycling et Pétrofer qui vont s’en charger à partir de l’année prochaine.
  • Celle des vieux avions a été également très mal organisée, puisque on les retrouve rangés les uns à coté des autres par milliers sur les aérodromes des déserts américains! Il existe en France une société spécalisée dans la déconstruction d’avions. Elle s’appelle Tarmac Aerosave et est une filiale d’Airbus, de Suez Environnement, du motoriste Snecma et de Equip’Aéro, une société gersoise de maintenance. Elle est installée à Azereix, près de l’aéroport de Tarbes-Ossun-Lourdes et est passée en 5 ans de 5 à 70 employés. 150 avions sont passées par son site dont quarante pour démantèlement complet, 25 000 pieces ont été déposées ainsi qu’une vingtaine de moteurs.
    Le marché est immense. Pas loin de 10 000 avions dans le monde attendent içi ou là le moment d’être déconstruit
  • La déclaration en ligne des revenus et des impôts continue à gagner du terrain. Leur nombre a progressé de 10 pct cette année par rapport aux déclarations de revenus 2012 à 14,7 millions de déclarations. Plus d’un français sur trois à choisi ce mode de déclaration ce qui économise 400 tonnes de papier.
  • De François Michelin aujourd’hui disparu cette phrase à l’intention de son personnel qui, bien entendu, s’étonnait des mesures industrielles ou d’ordre social qu’il pouvait prendre: « Le patron ce n’est pas moi; le patron, c’est le client ». En espérant que notre classe politico-médiatique aura l’occasion de la lire