Mais qu’allait t il donc faire en Corée?

Vous avez deviné, à lire mon titre, que je faisais allusion …au Pape François ! Qui est allé effectivement faire un tour dans ce pays éloigné de tout au bout du monde,rayé de la carte de 1910 à 1945 pour cause d’annexion par le Japon, coupé en deux entre le Nord et le Sud entre russes et américains à,la fin de la guerre du même nom, ex pays émergent et bien émergé désormais, dont nous possédons quelques ressortissants dans notre personnel politique (Fleur Pellerin, Jean Vincent Placé) et que nous ne connaissons guère que par quelques marques emblématiques (Samsung, LG, Hyundai etc). et par l’opposition totale entre ses deux parties, le Nord seul pays au monde encore communiste stalinien et le Sud, membre actif du capitalisme.   

En apprenant que le Pape François allait y faire, je me suis demandé quelles étaient les raisons qui avaient poussé notre nouveau Pape à choisir ce pays là comme le premier pour une visite alors qu’il est peu « commercial » pour une visite de Pape, peu connu sur le plan religieux, bref qu’il ne présentait aucune spécificité particulière qui militât pour le mettre en tête de liste des visite pontificales. N’étant pas très au fait de l’activité religieuse, je me suis dit que cela méritait un peu de curiosité de ma part et voila donc ce que j’ai trouvé:

a/ L‘Asie est le continent le plus peuplé au monde et pourtant  celui dans lequel la religion catholique est la moins représentée alors que la primauté économique, et peut être bientot politique dans le monde est en train de basculer de l’Occident vers l’Orient.Il n’est donc pas anormal que le nouveau Pape s’y intéresse.

b/lLe catholicisme est peu présent en Asie, essentiellement aux Philipines, au Vietnam pour des raisons historiques et en Corée justement. Il est globalement en situation d’échec avec 2 à 3pct de la population qui le pratique et peu de perspectives d’avenir. La faute à l’histoire qui a vu la papauté ne pas comprendre nécessairement les mentatlités et ne pas saisir les opportunités quand elles se sont présentées comme à la fin de XVII ème siècle quand les missionnaires, ayant demandé quelques adaptations pour parler du Christ de manière assimilables, ne reçurent de réponse positive que 3 siècles plus tard quand Pie XII les accepta, en 1939. Entre temps, les jésuites avaient perdu l’occasion d’être acceptés en Chine

c/L’Eglise catholique, vu d’Europe par un non pratiquant tout au moins, ne semble pas avoir une vision pactorale ni une politique de développement alors qu’elle vit et opère finalement dans un environnement concurrentiel! Le Pape François semble lui, en avoir adoptée une qui vise l’Asie comme première cible. Elle fait sans doute suite à celle de Jean Paul II qui avait visité tous les pays asiatiques, sauf la Chine où le catholicisme n’est pas admis,durant son pontificat,.Cette première visite en Corée sera suivi d’une visite début 2015 au Sri Lanka et aux Philippines et visiblement la cible finale et le couronnement éventuel de cette offensive pastorale serait une entrée en Chine

d/L‘Eglise Coréenne a une histoire singulière en ce sens que c’est la seule à s’être convertie de manière spontanée et sans recours à des missionnaires. C’est suite à la lecture des ouvrages en chinois du jésuite Mattéo Ricci et à une visite en Chine qu’un des pères fondateurs de l’Eglise Coréenne revint baptisé de Chine en 1784 pour la fonder et la faire prospérer. Ce n’est qu’un demi-siècle plus tard qu’arrivèrent les premiers missionnaires,- français!-, dans le pays! S’en suivit une répression sanglante par le pouvoir.Le Pape François va d’ailleurs corriger,à l’occasion de sa visite, un oubli de Rome(!) en béatifiant 123 martyrs de cette répression des premièrs de l’Eglise de Corée.

e/ La Corée du Sud est un pays à faible religiosité comme vous pouvez voir ci contre. La moitié des Coréens n’ont pas de religion et le reste se partage entre le bouddhisme (22pct) et le christianisme mais avec le protestantisme (18pct)  plus fort que la catholicisme (11pct) . L’Eglise Coréenne a néanmoins le vent en poupe grace à son engagement politique et social, durant l’époque de la dictature militaire et depuis face aux excès du capitalisme sauvage dont ce pays est un représentant.La porte y est donc ouverte pour une large progression et au delà comme laboratoire d’évangélisation pour l’Asie .

f/ Enfin une raison toute personnelle au Pape François. Jeune jésuite, Bergoglio rêvait d’être missionnaire en Asie et devait partir au Japon. Sa santé malheureusement l’empécha d’ y aller. Cette visite à Séoul est donc la réalisation pour lui d’un rève de jeunesse

Voici donc les quelques (bonnes) raisons que j’ai découvert sur cette visite. J’étais assez impressionné par l’action de ce nouveau pape, bien plus dans la tradition de Jean Paul II que de l’intérimaire Benoit XVI et j’ai découvert que cette religion, celle de l’Europe que nous le voulions ou non,que nos dirigeants ont refusés de voir mentionnée dans la constitution européenne, pouvait avoir des idées et une action expansionnistes. A l’heure où d’autres religions semblent vouloir imposer leurs croyances dans le monde, y compris par les armes, c’est plutôt rassurant, non?