Merci les cadres et les agents de maîtrise…

Je voudrais remettre à l’honneur une catégorie professionnelle que l’on oublie souvent dans notre monde qui reste intellectuellement fortement socialo-communisante, celles des cadres et agents de maîtrise qui sont ceux qui font tourner notre machine industrielle au jour le jour, en assure la production ainsi que les ventes, les livraisons et le développement des produits et toute la mécanique comptable et assurent la marche en avant et l’innovation. Bien plus que tous nos énarques ministrables qui s’imagine et nous font croire que ce sont eux, à grand coup de Plan ceci, Plan cela, Agence de… , Commission de…, Haut commissaire à, Haute autorité de… , qui nous mènent vers l’égalité, le plein emploi et le développement économique !

Oh, ça a marché des années, pendant que cette population intermédiaire de « taiseux » développait les produits nouveaux, se lançaient dans des aventures industrielles extraordinaires, envahissaient le monde de nos produits et apprenaient à passer des produits aux services et de la France à l’Europe puis au monde, les « diseux » s’en attribuaient la gloire, le mérite et les revenus.Et inventaient la nouvelle taxe pour boucher les trous du système.

C’est vrai que c’est une catégorie de gens qui est toujours sous la pression de la réalisation des objectifs  de production ou de ventes, des lancements de produits ou de programmes, et des résultats immédiats au mois le mois mais qui ne savent pas bien faire leur propre publicité au point  qu’on les oublie lorsqu’il s’agit de répartir les fruits des efforts de tous.

Entre l’idéologie socialo-communiste qui a inondé les médias de son idéologie pour s’attribuer la gloire de ces résultats et le pouvoir socialo-politique qui nous font croire depuis cinquante ans qu’ils mènent le monde, cette classe sociale d’ingénieurs, de commerçants, de chefs d’équipe ou de chanter, de juristes ou de comptables est passé à la trappe au profit des diseux de la politique,  du syndicalisme ou des médias. Ne chercher pas plus loin la désaffection pour les études scientifiques, ils ont compris qu’il y avait plus à gagner dans des métiers moins exposés aux « vrais » résultats,à la concurrence internationale et à la pratique des langues.

Si je vous en parle aujourd’hui c’est parce que je viens de voir dans les journaux que les caisses de retraite de ces catégories de français étaient en difficulté bien plus forte que celles d’autres catégories sociales. L’Agirc, leur caisse avait accumulé , grace à des « bonnes années » passées depuis longtemps maintenant, des réserves qui à fin 2013 ne se montaient plus qu’à 9 milliards d’euros et l’Arrco, la caisse de tous les salariés du privé, des réserves de 55,4 milliards. Au rythme actuel de déficits annuels entre  cotisations et retraites, au taux de chômage actuel et d’age de départ en retraite, il n’y aura plus aucune réserve Agirc fin 2018 et Arrco fin 2027. Le chômage, même au travers des lunettes roses de notre Président, n’ayant pas l’air de vouloir reculer, il faudra disent syndicats et patronat cogestionnaires de ces systèmes, non seulement bloquer les réévaluations des retraites (c’est déjà fait jusqu’en 2015) mais aller au-delà et …baisser les retraites complémentaires versées par l’Agirc de l’ordre de 11 pct en 2019. Les partenaires sociaux testent dans des calculs compliqués dit actuariels diverses hypothèses pour négociations finales en novembre..

La logique du rétablissement des équilibres financiers est simple et bien connue, plus de cotisation pour les nouvelles générations, l’appel à l’aide de l’Etat et derrière l’Etat celle de la solidarité du contribuable ou du consommateur, ou la baisse des prestations. Une logique que l’on n’a jamais osé appliquer dans le cas de cette dernière mais qui pourrait bien se profiler à l’horizon, si je me réfère au pilonnage idéologique en cours à l’initiative de la Cour des Comptes ou de tel ou tel parti politique toujours à la recherche de nouvelles ressources pour protéger…leurs propre situation.

Et là croyez moi les diseux sont beaucoup plus fort que les taiseux..C’est pourquoi il m’a paru important de rappeler les mérites de cette catégorie sociale discrète qui a fait tourné ce pays dans la discrétion, avec une certaine reconnaissance financière, il faut bien l’admettre, mais pas vraiment unereconnaissance publique sur l’importance de leur rôle.

Croyez moi entre le responsable syndical comme Edouard Martin de Gandrange  qui s’est reconverti dans la politique européenne et les responsables discrets d’unité de production, de forces de ventes, d’administration des ventes, de chefs de chantier, d’atelier de maintenance, de centres de recherche  ou de développement de produits ou d’autres fonctions d’encadrement je sais lesquels ont le plus contribué aux performances de l’entreprise ‘ »France »