Migration vers l’Est de l’automobile europénne

Le marché automobile de l’Union Européenne semble repartir à nouveau et dans ce contexte, certains constructeurs fourbissent leurs armes pour le prochain round de son développement alors que d’autres tentent l’aventure de l’Asie du Sud Est (PSA) ou des Etats Unis (Fiat).Curieusement, les acteurs de ce marché n’ont pas encore réussi à purger complètement leur base de production de leurs usines excédentaires qu’ils sont néanmoins déjà en train de construire l’outil de la prochaine crise! Serions nous les victimes de prévisionistes fous?

Les raisons en sont, bien sur, la recherche permanente d’une compétitivité maximale en capturant dans ces nouvelles implantations les bénéfices des avantages salariaux et fiscaux qu’ils offrent mais aussi en robotisant ces usines nouvelles et en prenant avantage des dernières techniques informatisées.

Les pays gagnants sont la Slovenie qui va bénéficier d’un agrandissement de l’usine Renault de Novo Mesto pour accueillir les fabrications du produit de l »entente Renault DaimlerBenz dans les petites voitures avec les héritières de la Twingo et de la Smart, la Pologne avec une investissement de Fiat pour la remplacante de la Punto et  une usine d’utilitaires de Volkswagen, la Slovaquie avec le transfert de la production du Porsche Cayenne sur le site existant de Bratislava, la Turquie où Ford a implanté l’usine remplacente de son usine de Gent récemment fermée et où Hyundai vient de doubler ses capacités de production, la Hongrie avec le site Mercédés de Kecskemet qui bénéficie du succès de la CLA et celui d’Audi à Gyor.

Coté fermetures, on compte outre Gent déjà mentionné, la fermeture d’Aulnay et la suppression d’une ligne de production à Sochaux et Mulhouse (PSA) et celle, à venir, de Bochum pour Opel/GM. Mais globalement les unes ne compensent pas les autres. Les capacités de production auront augmentées en Europe de l’est de ...43 pct sans compter des productions nouvelles de sous ensembles comme des moteurs ou des transmissions ou celles d’équipementiers qui suivent les usines des constructeurs. Ces production sont passées ainsi de 16pct de la production européenne totale en 2007, à 25 pct en 2013.

C’est dire que nous n’en avons pas fini avec les restructurations en Europe et la migration vers l’est de cette industrie