Politique nataliste et Allocations familales

La France depuis la guerre, a toujours eu une politique nataliste forte, entre son système d’allocations familiales qui sont attribués aux enfants et pas aux parents , dont le montant est fixé par enfant indépendamment des revenus des parents et dont les prestations augmentent avec le nombre d’enfant, et le système de l’impôt sur les revenus qui dépend du nombre de parts de la famille et donc qui est plus favorable pour les familles avec un nombre d »enfants important.

Cette politique a très bien marché puisque notre taux de natalité qui frole les 3 enfants par femme est la plus forte de l’Union Europénne.  Sans doute avons nous, par rapport àl’Allemagne, un handicap de compétitivité dans le domaine industriel, mais nous avons unavantage considérable par contre en terme de vieillissement de la population  et de son renouvellement.

Curieusement, lors de la dernière élection présidentielle, le sujet n’a pratiquement pas été abordé ce qui fait que les français sont rentrés dans une ère socialisante sans se rendre compte du bouleversement considérable que la nouvelle politique, fortement orientée vers une redistribution forte et un certain matracage fiscal des « riches »,allait apporter dans le domaine de la maiîtrise des populations.

En voiçi la traduction ci contre qui est entrée en jeu au 1er juillet avec une baisse des allocations en fonction des revenus et du nombre d’enfant. Le moins que l’on puisse dire est que le gouvernement n’y est pas allé de main morte. Pour un couple de deux enfants qui, en travaillant à deux, gagne 67 000 euros par an  ( 2900 Euros/mois chacun) les allocations familiales sont carrément divisées par deux! Et pour un couple de trois enfants gagnants 4000 euros chacun par mois  c’est carrément par quatre que les allocations vont être divisées!

En argent, ca fait 127 euros de moins tous les mois en moyenne pour 500 00 familles aux deux tiers de 2 enfants et de 3 enfants pour le tiers restant. Pour l’Etat ca fera 800 millions de moins par an à éviter de distribuer aux chères têtes blondes! Merci à nos politiciens.

Ce n’est pas la seule pénalité qui va toucher ces ménages richissimes. On a déjà réduit le gain d’impôt qu’apportait le quotient familial dans le calcul de l’impot sur le revenu. Le maximum de l’avantage que la demi part fiscale apportaient aux parents avait déjà été abaissé en 2013 de 2336 à 2000 euros. Notre gouvernement vient d’en rajouter une couche en l’abaissant encore en 2014 de 2000 à 1500 euros. La perte de pouvoir d’achat pour les 1,38 millions de familles qu’elle touche a été calculée à 779 Euros sur un an!

La logique , comme vous avez pu voir, est de diminuer les allocations pour « les plus riches » bien entendu au lieu de la logique précédente du « tant par enfant ». Ceci dit l’Etat semble ne pas être enclin à appliquer cette nouvelle logique à …ses propres employés. Les fonctionnaires en effet perçoivent en effet un supplément familial de traitement qui augmente avec le nombre d’enfants. Un agent à 1500 euros de salaires touchera une prime de 181 euros/mois pour trois enfants alors qu’un haut fonctionnaire à 4400 en touchera 280 par mois. Un dispositif à 900 millions d’euros par an.

Si l’Etat voulait appliquer partout la même logique, il aurait du aplatir la courbe de progression de cette prime comme il le fait avec les allocations familiales dans le privé. Mais quand il s’agit d’accorder les mêmes avantages aux salariés du privé qu’à ceux de la fonction publique, nos gouvernements subitement  manquent de courage.Curieux non? Il est vrai qu’ils votent à 66 pct pour le parti au pouvoir Alors…..