Quand l’Armée de l’Air Française joue contre le Rafale…

Le Rafale est un splendide avion de chasse construit par les Avions Marcel Dassault et digne héritier des Mirages qui l’ont précédés. Il a déjà prouvé au combat et le prouve encore en Irak toutes ses qualités. Il a un seul défaut, c’est un avion de pays riches qui convient difficilement aux finances des puissances du monde susceptibles de l’acheter.

Quant à celles qui peuvent se le payer elles tombent quasi automatiquement dans le giron des matériels américains qui ont d’autres arguments pour se placer. Bref un peu le même défaut que, dans un autre domaine, notre réacteur nucléaire à 1600 MW quand Rosatom en offre à 1100/1200MW !

Il offre néanmoins un avantage unique, celui de pour voir être équipé du missile dit AASM, pour Armement Air Sol Modulaire, qui est un missile unique au :monde, un bijou technologique crée par Sagem, qui a battu sans coup férir, lors du dernier appel d’offre des matériels de ce type en 2000, le concurrent proposé par le missilier national MDBA.

Il est fabriqué à Montluçon et arrive en fin de livraison des commandes clients en fin desquelles Sagem envisage d’en fermer la chaîne de fabrication, sauf si, par chance, les négociations pour fabriquer le Rafale pour l’Inde ou le Qatar n’aboutissent enfin.

Or le Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air, le Général Denis Mercier, lors d’une intervention récente devant la presse spécialisée a annoncé une information nouvelle qui peut être nuisible à nos efforts pour placer le Rafale. Il a annoncé en effet vouloir « qualifier » l’utilisation du AASM sur les vieux Mirage 2000, ce qui lui ouvrirait le marché de tous ceux qui continuent à voler dans différentes forces armées dans le monde, en Inde, aux Emirats Arabes ou en Egypte par exemple.

Était ce une bourde auxquelles nous sommes habitués ou le général en question était il au courant d’avancées récentes dans les dossiers de ventes du Rafale dans ces pays? Nul ne sait et vraisemblablement seul l’avenir le dira.Depuis cette annonce l’Armée est redevenue la grande muette. Ça fait désordre tout de même que le bras droit du pouvoir exécutif ne sache pas ce que fait ou dit son bras gauche.