Quand le bâtiment va,tout va !!

Vous connaissez la maxime ou le dicton en rubrique. Depuis des décennies, nous savons tous qu’effectivement la construction de bâtiments, d’immeubles, de maisons ou de logements est une aide considérable pour maintenir l’activité économique, résoudre les problèmes de logements, et lutter contre le chômage, en particulier des ouvriers, artisans et professionnels du bâtiments. Même François Hollande lui même devait le savoir puisqu’il avait mis dans sa campagne pour la présidentielle ce passer de 300 à 500 000 logements construits dans l’année.

Or pour prendre en charge une telle ambition, bienvenue, il a décidé d’en confier la matérialisation à…. Cecile Duflot, la suffragette qui parle plus vite que son ombre, alliée électorale voire électoraliste du PS, technicienne émérite sans doute qui a réussi à transformer son bac B et son diplôme de géographie en diplome de l’Essec par la grâce des admissions parallèles au titre de l’apprentissage en économie urbaine.

Celle ci donc nous a pondu un xième dispositif d’aide à l’investissement dans la construction de logements pour succéder à tous ceux qui l’avaient précédé, depuis le Périssol, le plus attractif, le De Robien,le De Robien recentré, le Besson, le Borloo et le Scellier. Curieusement la conception de ces dispositifs, qui se sont pourtant révélés précieux pour fournir à ceux qui en ont besoin, des logements à louer,  a toujours été moins favorable, plus compliquée, plus limitative et donc moins attractive pour l’investisseur que le dispositif précédent. Alors que le surcoût du dispositif précédent par rapport au « nouveau » dispositif aurait été largement compensé par la TVA additionnelle sur les achats de matériaux et les ventes de logements et par l’économie faîte sur l’indemnisation des chômeurs additionnels générés par leur moindre succès. Mais se soucie t on des « economics » de tel ou tel dispositif par rapport à son prédécesseur quand il s »agit de laisser son nom dans l’histoire (des dispositifs bien sur) à un dispositif nouveau.

Aujourd’hui on s’aperçoit que l’absence d’un tel dispositif incitatif pour la construction de logement se traduit par un manque de 0,4 à 0,5 pct de Produit intérieur Brut supplémentaire en 2014 et que donc si nous n’arrivons pas à atteindre le  pct de croissance prévu au plan 2014 c’est à cause  de l’inefficacité du dispositif Duflot.

Je vous fais une proposition, Monsieur Valls. Dès votre rentrée, prenez une décision simple à prendre mais dont je vous promet qu’elle sera efficace. Virez le Duflot et reintroduisez le Périssol!

Vous verrez que, en quelques mois, les permis de construire refleuriront, les sociétés de BTP recommenceront à embaucher, et que l’année 2015 se présentera immédiatement sous de bien meilleurs auspices!