Quand les chinois se mettent au clonage animal à grande echelle !

Vous vous souvenez du premier clonage d’un animal qui avait pris la forme d’un brebis britannique appelée Dolly. La technique était au point. Pour des raisons éthiques et en particulier du fait d’implications possibles sur le clonage d’êtres humains, le monde décidât de ne plus pratiquer le clonage.

Et pourtant aujourd’hui on apprend que la Chine a décidé de ….construire une usine à cloner… des vaches. Et pas qu’un peu puisque la dite usine aura une capacité de production à terme de 1 Millions de vaches par an en partant de 100 000 seulement à son ouverture dans le courant de 2016.

Pourquoi, me direz vous, les chinois ont ils pris une telle décision? Parce qu’ils manquent de terre agricoles! Car s’il n’y a plus de famines en Chine, ca ne veut pas dire qu’il y a pour autant pléthore de terres agricoles. Avec l’urbanisation galopante et la prolifération de villes de plus en plus grandes, c’est l’inverse qui se produit. Elles ont tendances à se réduirent.Et les agriculteurs chinois ont de la peine à répondre à la demande de viande qui s’accentue au contraire avec l’adoption de pratiques de consommation plus occidentales.

La dite usine à vaches, sera construite dans la ville portuaire de Tianjin, 150 km à l’est de Pekin,celle qui a défrayé la chronique il y a peu du fait de l’incendie catastrophique d’un dépot de produits chimiques toxiques.Usine qui est prévu comporter un laboratoire de clonage, et une banque de gènes.en plus des étables pour « stocker » les vaches produits.Il en coutera 29,4 Millions d’euros aux deux actionnaires, lasociété chinoise Boyalife associée à son partenaire Sud Coréen Socam Biotech qui vont mener ce proijet avec l’aide de laboratoires chinois spécialisés.

Reste à trouver le marché pour cette viande car l’annonce de la constuction de l’usine a immédiatement suscité un phénomène de rejet dans les populations chinoises. La vente de viande d’animaux clonés, n’est pas interdites partout dahs le monde. C’est une pratique autorisée aux Etats Unis et en Grande Bretagne et l’Union Européenne elle même prévoit de reformer sa législation pour maïtriser la phénomène.

Autre pratique enfin pour les industriels chinois, promouvoir le clonage d’animaux de compagnie, là où le phènomène de rejet sera moins important. En attendant suivons de prêt cette pratique nouvelle dont je ne suis pas sur qu’elle doit être encouragés..