The Amazing Spiderman 2 de Marc Webb

Gros flashback de la mort qui tue en ouverture de film où l’on voit le père de Peter Parker détruire ses araignées dans son laboratoire, quitter son lieu de travail précipitamment, rentrer chez lui pour enregistrer un message et confier son film à sa famille avant de quitter le territoire américain avec sa femme.

Dans l’avion qui les emmène loin de leur fils, les parents Parker sont attaqués par le commandant en second et ils ont beau se défendre du mieux qu’ils peuvent (le papa Parker a un bon jeu de mains), ils ne parviennent qu’à se débarrasser de leur attaquant alors que l’avion chute irrémédiablement. Papa Parker a alors le temps d’envoyer un fichier (à qui ? contenant quoi ?) avant de s’écraser au sol.

Retour au temps présent: Peter a eu son bac, mais se souvenant de la promesse qu’il a faite au père de Gwen, il décide de rompre avec elle. Les temps sont donc difficiles pour lui, il est de nouveau célibataire, doit s’occuper de la sécurité à New York et digère mal le fait que ses parents l’aient abandonnés. Ouin !

La moyenne d’âge des spectateurs américains étant d’une dizaine d’années, les producteurs et scénaristes se sont adaptés et nous livrent des films de super-héros de plus en plus indigents, plus proche de la crise d’adolescence (voire de pré-adolescence) que des originaux.

Peter Parker n’échappe donc pas à la règle : vie lycéenne, petite amie, soirée à manger des glaces, brouilles avec sa mère, ressenti envers ses parents absents. Ici ou là un monstre apparaît et on se demande bien ce qu’il fait là et s’il ne s’est pas trompé de film.

Le personnage d’Electro ne sert à rien, tout comme celui interprété par Paul Giamatti (mon dieu que fait-il là ?). Reste celui d’Harry Osborn. Son père mort, il reprend la direction de l’entreprise mais découvre sans qu’on sache bien comment qu’il est malade, que son père travaillait avec Richard Parker sur un sérum guérisseur à base d’araignée, que tous les échantillons ont été détruit par Richard et que le sang de Spiderman, seul « échantillon restant » pourra le sauver. Mmm.

Mais en fait non, parce qu’il reste des échantillons planqués. Donc il s’injecte le sérum et devient tout bizarre.

Et pourquoi me direz-vous? Parce que comme le découvre Peter en visionnant enfin le ficher envoyé par son père depuis l’avion, ce dernier a utilisé son propre ADN pour le combiner avec celui des araignées pour créer un sérum (qu’il a ensuite détruit craignant une utilisation militaire et non médicale). Seul quelqu’un proche de son ADN (comme son fils Peter), peut sans danger s’injecter ce sérum.

Et là, on se demande pourquoi le papa ayant enregistré la vidéo chez lui, a été obligé de monter en l’air pour l’envoyer par email!

Harry devient un monstre, suite dans le prochain épisode et sinon… Gwen est enfin morte, on va pouvoir passer à autre chose ?