CHIP le mini PC sous GNU/Linux à 9$ ou le crowdfunding qui vous assoit

Je suis tombé sur ce projet un peu au hasard. J’ai commencé la lecture d’un article sur un énième mini-PC sous Linux pas cher à 9 $. Les caractéristiques sont proches d’un Raspberry : un processeur de 1 Ghz, 512 Mo de RAM, 4 Go de stockage et le support du Wifi et du Bluetooth. Quand à sa taille elle est en effet minuscule : 40 mm par 60 mm. Côté système d’exploitation, c’est une dérivée de Debian qui utilisée.

La conception de ce mini-PC est un peu particulière. Tout d’abord, tuons le mythe du prix, car pour 9 $ vous ne disposez que de l’unité centrale sans possibilité de brancher d’écran dessus si ce n’est par une prise RCA. À la limite, c’est envisageable pour un mini serveur. Prévoir une TV pour l’installation.

Pour transformer le CHIP en poste de travail, il faut lui adjoindre une carte qui permettra de connecter un écran en GVA ou en HDMI. Notez bien qu’il y a deux cartes différentes ! Le prix de la bête monte alors à 19 $ avec la carte VGA et 24 $ pour la version HDMI. Le prix d’un Raspberry Pi2 n’est plus très loin.

Pour ce qui est du stockage, visiblement le mieux est de s’appuyer sur un périphérique externe sachant que visiblement il n’y a pas de port USB sur la carte (ou alors juste un seul). Il vous faudra donc un serveur de fichiers en réseau ou un disque externe si vous voulez raisonnablement travailler. Je trouve que le Raspberry Pi offre quand même beaucoup plus sur ce plan avec la possibilité d’utiliser une grosse carte SD et ses ports USB. Mais c’est certainement le prix à payer pour la compacité.

Pour finir, il est prévu que le mini-PC puisse s’intégrer dans une sorte de « mini-tablette » avec un clavier, un écran de 4,3 pouces tactile et une batterie. Le design fait penser à une console pas chère des années 90 pour enfant :-)

Au vu de tout cela, je me dis que cela ne peut guère intéresser grand monde et que ce projet connaîtra rapidement les oubliettes. Un point positif cependant, l’ensemble des spécifications matérielles sont (ou seront) disponibles en open hardware. Cela reste peut-être le principal argument pour ce projet au demeurant.

C’est là que je clique sur lien vers la campagne de crowdfunding KickStarter pour voir le niveau d’engouement du projet. C’est à peu près le même moment où j’ai envie d’ouvrir la fenêtre et de sauter. Rassurez-vous je suis au rez-de-chaussée, je n’irais donc pas très loin

À l’heure où j’écris cet article, le projet a levé 636 672 $ sur 50 000 $ demandé…