Évangéliste techno-digital à temps partagé pour offre à base de logiciel libre ou open source

Qui aujourd’hui peut estimer raisonnablement faire connaître, vendre un produit ou une offre de service sans passer par l’usage d’internet ? Le web, les réseaux sociaux sont désormais devenus un centre commercial sans limites où se côtoient des millions de boutiques en tout genre. Je ne me lancerai pas dans cet article sur une réflexion sur la place des blogs comme le mien ou d’autres dans cet environnement, ni si cet état de fait est « bien ou mal ». Toujours est-il que désormais la communication passe par le digital, le numérique. Il n’en faut pas moins oublier le terrain réel où il faut aussi aller à la rencontre de son public.

Il était une fois

Si vous avez suivi les liens qui mènent vers ma petite société de conseils informatiques vous avez dû voir que je proposais des prestations de responsable informatique à temps partagé. Le principe est simple : donner accès aux compétences d’un cadre expérimenté à des TPE/PME selon leurs besoins. En effet à moins de 50 à 100 salariés, difficile de justifier l’emploi à temps plein d’un profil comme le mien. Sauf si son activité s’inscrit à 100 % dans le numérique. Cependant pour éclairer la route et éviter les pièges quelques jours par mois ne sont pas inutiles.

Je me suis lancé sur ce créneau en 2011. Cela a pas mal fonctionné, mais depuis 2014, le marché se durcit et cette rentrée 2015 n’est pour l’instant guère plus tendre. Une autre raison probable à cette baisse de la demande, c’est aussi que la « proposition de valeur perçue » d’un responsable informatique est devenue faible. Il n’est pas une ressource « critique » aux yeux des patrons français. L’informatique reste pour beaucoup d’entre eux une commodité, l’équivalent du papier/crayon d’antan.

La consumérisation de l’informatique leur a laissé pensé, et pas forcément à tord, qu’il était devenu simple de gérer son informatique soi-même. Après tout ouvrir un compte sur Office365 n’est guère plus compliqué que de faire ses courses en lignes. La mise en place est également relativement simple. C’est le principe des menottes numériques, il faut qu’elles soient le plus simple possible à enfiler.

Résultat, je cherche à me diversifier en attendant la reprise tant promise (et dont je doute à court terme). Mais c’est peut-être aussi un nouveau départ…

C’est quoi un évangéliste ?

Wikipédia a une page sur le sujet et nous donne cette définition :

Un évangéliste technologique (terme traduit de l’anglais technology evangelist par certaines entreprises) est une personne qui essaye de rassembler une masse critique de personnes adhérant à une technologie, dans le but de la consacrer comme standard, au sein d’un marché dépendant de l’effet de réseau.

Je compléterais en précisant que le terme de technologie peut recouvrir pas mal de choses, comme un logiciel, du matériel ou encore un service.

En parcourant cet article, le profil idéal serait :

  • un technicien compétent qui justifie d’une expérience significative dans l’informatique ;
  • un commercial convaincant, il cultive sa marque personnelle en intervenant dans la presse informatique ou lors de salons ;
  • un orateur inspirant, il s’exprime de façon claire et maîtrise le storytelling ;
  • une personne disposant d’un réseau professionnel solide dans le domaine ciblé ;

J’ajouterais qu’il doit croire dans le projet ou produit dont il fait la promotion. Difficile d’être convaincant sans cela…

En suis-je un ?

Cela fait maintenant 20 ans que je bourlingue dans le monde de l’informatique. Il n’y a guère de sujet que je ne sois pas en mesure d’aborder en matière de numérique. Que ce soit sur le plan matériel, logiciel (libre ou pas), télécommunications fixes et mobiles, liaisons data, communication digitale, etc.

Ce blog existe depuis 2008. Il m’a permis de faire connaître mon nom dans le landerneau du logiciel libre et de l’open source. J’ai rencontré au travers des plateaux TV que j’ai animés pendant plusieurs années pas mal de monde et noué des liens.

Si j’ai fait parler les autres, je sais aussi le faire. J’ai animé pas mal de conférences, tenu pendant un an des éditos vidéos hebdomadaires et a priori je me débrouille pas mal d’après les retours. Il y a sans nul doute des « axes d’amélioration » et c’est fort heureux.

Pour finir, je dispose de profils suivis sur à peu près tous les réseaux sociaux qui comptent…

Sans compter le petit millier d’articles rédigés pour ce site, je pense donc avoir pas mal des compétences requises pour le poste. Un peu prétentieux peut-être, mais il ne faut pas non plus se sous-estimer. Sur le principe du aide-toi et le ciel t’aidera, autant se jeter à l’eau.

Il y a un bémol cependant, je ne parle et n’écrit l’anglais que relativement mal. J’avais, il trois ans, passé un simili-TOEFL m’ayant noté à environ 600. Pas catastrophique, mais le plus dur reste à faire… Ceci me cantonne donc pour l’instant à la gestion de communauté francophone. C’est j’en suis conscient un handicap dans le cas de projets internationaux et les projets libres ou open source le sont souvent.

Mais je pense qu’il y a déjà pas mal de projets français qui voudraient déjà être plus connus dans la francophonie. Et puis si on me donne ma chance, je sais apprendre et les traducteurs professionnels ça existe aussi !

Nouvelle offre de services ?

Cet article est une réflexion à haute voix pour vous questionner sur l’opportunité de proposer mes services aux porteurs de projets libres ou open source. Le logiciel libre souffre souvent d’une faible visibilité. C’est même le premier frein identifié par les pro du logiciel libre. Une des principales raisons est le manque de moyen. Un problème qui touche aujourd’hui à peu près tout le monde. Or se payer un communiquant à temps plein quand on démarre ou que l’on est encore « petit » ce n’est pas évident.

C’est là que le travail à temps partagé sort du bois. Le principe est simple, il s’agit de partager entre plusieurs entreprises une ressource pour profiter de ses compétences selon ses besoins : de un à deux jours par mois à plus.

Pourquoi le logiciel libre et l’open source ? Parce que je pense savoir de quoi je parle même si mes prises de position sur le sujet sont souvent divergentes de sa communauté. Mais c’est pour faire avancer le schmilblick !

Qui est concerné par ce service ? Toute société souhaitant faire connaître une offre à base de logiciels libres. Il peut s’agir de prestations basées autour d’un logiciel libre, d’un service en ligne, d’un logiciel tout court, etc. Le plus simple sera de discuter ensemble du projet en question.

Comment se déroule la prestation ? Il faudra définir les supports de communication, la cible à atteindre, les moyens associés, les relais, etc. Mais pas d’inquiétude, on fera le plan ensemble !

Combien de temps dure la mission ? À convenir, mais c’est une démarche que vous engagez sur le long terme. Ce n’est pas en trois mois que l’on peut obtenir des résultats. Ils se mesureront (et il faudra définir les indicateurs) dans la durée. Un an semble un minimum. Mais dans l’absolu, il n’y a pas de fin….

À côté de cela, j’ai pas mal de personnes autour de moi pour compléter mes compétences autour de la création de visuels graphiques, de photos, de captation vidéo, de création de sites web, sans parler de support de communication très différenciant.

Donc pour résumer, si vous voulez faire appel à un évangéliste pour faire connaître votre offre à base de logiciel libre ou open source auprès de vos futurs utilisateurs et clients, appelez-moi. Je mettrais à votre disposition mes compétences de communicant digital, mes réseaux, mon image pour valoriser et faire connaître votre offre. Le tout selon vos besoins et les principes du travail à temps partagé.

Si vous êtes arrivé en bas de ce long article, c’est que vous avez mérité le lien pour me contacter !Sinon, laisser un commentaire, je vous contacterais sans faute.