FirefoxOS : quelques lumières sur le modèle économique

Quel modèle économique Mozilla a-t-il imaginé pour FirefoxOS ? En plus clair quels sont les sources de revenus qui ont été envisagées pour financer le développement de ce système d’exploitation mobile. La question surtout, peuvent-elles permettre à moyen terme à la fondation de s’émanciper de Google ou tout du mois de diversifier ses revenus.

J’avais envisagé la piste de la vente de services autour de Firefox. Cependant la mise en œuvre serait très complexe et surtout le marché correspondant probablement insuffisant pour générer les 300 millions de dollars apporté par le contrat avec Google.

Une petite lumière sur ce qu’envisage la fondation vient de transparaître dans un article du ZDNet. Ce dernier traite des moyens auxquels Mozilla réfléchit pour éviter le phénomène de fragmentation qui affecte Android. Pour rappel, ce que l’on appelle fragmentation est lié aux versions utilisées sur les smartphones Android. Leur grande diversité entraîne des problèmes à la fois de sécurité et d’incompatibilité des applications. Ceci rend “l’expérience utilisateur” moins bonne que sur un iPhone par exemple où ce problème existe dans des proportions bien plus faibles.

Mozilla compte inciter financièrement les fabricants à mettre en place les moyens nécessaires à une mise à jour des terminaux. La fondation reverserait une partie des trois sources de revenus actuellement envisagées :

La vente d’applications sur un app store ;

La vente d’applications pourquoi pas, mais visant un marché low-cost, je ne suis pas sur que cela puisse rapporter énormément.

L’argent généré par les publicités sur le search ;

La publicité, il faudra voir qui est derrière et ce que cela recouvre réellement. Si c’est un contrat de plus avec Google, c’est un coup d’épée dans l’eau.

Le placement promotionnel d’applications sur les écrans d’accueil ou dans un app store.

Là encore je reste un peu sur ma faim.

Dans l’absolu, ce serait aux fabricants de rétrocéder une partie de leurs revenus à Mozilla. Mais l’existence d’Android rend cette option quasiment intenable. Les constructeurs contribueront-ils d’une manière ou d’une autre, seront-ils incités à le faire par des mécanismes de mécénats ? J’avoue que j’aimerai bien être une petite souris pour en savoir plus