Haiku : la poésie japonaise favorise la guérison

Le haïku est un court poème inspiré par les émotions du moment, l’émerveillement et la connexion avec la nature. Il s’agit d’une tradition japonaise qui permet d’explorer l’âme afin de favoriser la guérison, de trouver le courage, l’endurance et les prouesses. Compte tenu de son effet cathartique et libérateur, c’est un outil psychologique, ainsi que littéraire, d’une grande utilité.

Certains disent que le cerveau est comme un musée dans lequel s’étendent des salles infinies d’images déformées. Trouver un sens à ces images n’est pas toujours facile. Il est donc parfois utile de recourir à des techniques artistiques qui permettent de saisir des significations, de rétablir l’ordre au milieu du chaos et le calme au milieu du bruit.

C’est exactement ce qu’il obtienne grâce au Haiku, de courts poèmes composés de 3 lignes de 5, 7, 5 plus (quantité de syllabes) dont le but est de tout observer avec les yeux d’un enfant, en transcendant l’ordinaire pour atteindre la magie et éteindre le bruit des pensées obsessionnelles et ruminantes et profiter, ainsi, de l’émotion du moment présent.

Pour beaucoup, c’est comme observer le monde à travers une goutte de rosée, grâce à laquelle ils restent connectés à un moment concret pour adopter une perspective différente, plus intense et beaucoup plus lumineuse.

Le haïku comme outil psychologique

Robert Epstein est un écrivain renommé et un psychologue de l’université de Harvard. Grâce à des ouvrages tels que « The Sacred In Contemporary Haiku » et à un nombre de ses articles dans lesquels il défend les avantages de l’utilisation du haïku dans le cadre d’une psychothérapie, vous savez, par exemple, que ce type d’écriture est très utile dans le traitement de la dépendance. Comme l’affirme Epstein lui-même, « un bon haïku fait des merveilles pour une âme fatiguée ».

Il est clair que vous n’avez pas affaire à un traitement qui, en soi, peut favoriser la guérison complète ou le rétablissement d’une dépendance ou d’un processus dépressif. Il s’agit plutôt d’un outil précis et complémentaire qui peut vous aider à vous connecter avec vous-mêmes, avec lequel vous pouvez trouver l’espace oublié où réside l’espoir, le chemin de la résilience et ce champ de bambou dans lequel un individu peut être beaucoup plus fort, ainsi que flexible, face à l’adversité.

D’autre part, il est courant d’associer le haïku au monde zen. Il faut toutefois préciser qu’il s’agit d’une pratique beaucoup plus ancienne. Même s’il est vrai que la philosophie zen a utilisé le haïku pour se répandre à une certaine époque, il s’agit d’une forme poétique beaucoup plus ancienne, qui remonte à très loin. Pour la culture japonaise, il a toujours été un canal d’expression et de libération émotionnelle permettant, tout en contemplant calmement la nature, de trouver un moyen de donner forme et d’exprimer sa tristesse, ses désirs ou son bonheur.

Il est également intéressant de savoir que de nombreux experts considèrent le haïku comme un moyen exceptionnel de pratiquer la pleine attention typique de la pleine conscience. La personne doit s’ouvrir, être réceptive à ce monde sensoriel afin de capter l’instant et de prendre conscience, à son tour, de son propre monde intérieur. C’est un outil fabuleux pour apprendre à ralentir le temps, à relativiser les inquiétudes et à générer des sentiments de calme, de paix et de compassion.

Comment écrire un Haiku

Matsuo Basho est le plus célèbre poète de la période Edo au Japon et l’un des plus connus pour son utilisation du haïku. Selon lui, un beau poème est capable de capturer l’essence du moment, d’un moment de temps passé avec vous-mêmes, votre âme et votre nature.

Si vous voulez vous initier à cet art thérapeutique, les indications suivantes vous seront d’une grande utilité. Vous devez préciser que leur véritable utilité vient avec le temps et la pratique, au moment où vous cessez de penser aux règles, aux métriques et à la structure pour pouvoir, simplement, libérer votre esprit.

La simplicité est la règle.

Le haïku n’est pas un poème discursif ou conclu.

Le haïku capture quelque chose qui transcende l’instant mais qui, en même temps, ne peut être exprimé que dans cet instant.

Les haïkus comprennent généralement un « kigo », qui est une référence à la nature, à la saison dans laquelle vous vous trouvez.

Un haïku est personnel, il n’appartient qu’à son auteur. Il ne faut pas imiter, mais utiliser des ressources simples, des images faciles… Un beau poème requiert de l’intimité, de la conscience et de la liberté émotionnelle.

Pour conclure, vous pouvez vous rappeler qu’un haïku est un coup de pinceau dans le temps qui vient du cœur de l’écrivain. Il s’agit d’un canal, d’un soupir par lequel il peut s’exprimer. Comme simple conseil, vous aimeriez vous rappeler que les plus beaux Haïku sont ceux qui sautent au troisième vers, dans lesquels les deux premiers agissent comme une simple introduction, pour laisser la meilleure marque dans le dernier.