Pourquoi se réjouit-on quand des grands champions s’écroulent?

Se réjouir qu’un grand champion se « vautre » et glousser pour certains devant cette nouvelle est une attitude qui me laisse toujours songeuse. J’imagine que pour la plupart, ils sont surtout contents que leur champion sans égal ne soit en passe d’être rejoint ou du moins approché au nombre de grand chlem remportés. Soit. Ce n’est pas une vision du tennis très noble mais c’est le travers de beaucoup trop de sportifs devant un double écran (de telé et d’internet) qui confondent l’intérêt pour un sport avec le fanatisme à l’égard d’un joueur dans lequel on se projette sans se demander ce que son absence ou l’absence de rivaux va apporter en bien ou mal au sport. Finalement le tennis perd de son importance au profit de l’image que l’on construit d’un joueur sur la base essentiellement d’un palmarès ancré dans le passé.

Tous appellent à un nouveau vainqueur car la légende déjà créée dans le présent se renforcera puisqu’un nouveau vainqueur ne risque pas de venir contester les performances du passé. Alors, un Stan Wawrinka n’est jamais pour eux qu’un second couteau suisse bon à remporter les points utiles à la Coupe davis de leur champion qui ne s’en souciait guère avant de constater que c’était la seule compétition (avec le titre de champion olympique pour Nadal) qui le distinguait de ses gros rivaux de la décennie Nadal et Djokovic. Donc une nouvelle victoire à l’AO n’a pas d’intérêt. Voir Djokovic gagner 5 fois et battre le maître du monde du tennis sur ce terrain, inimaginable donc mieux vaut le mépriser ou rappeler à quel point il est douteux que ce joueur ait pu venir barrer la route de Federer. Ils pourraient même faire une prière même s’ils sont incroyants et de toute façon, ils expliqueront qu’avec un tableau si facile, Djokovic ne mériterait pas la victoire… Quant à Murray il est peut-être encore plus mal aimé pour son côté grincheux et même les Britanniques lui rappellent qu’il est écossais quand il perd… Qu’importe qu’il soit bourré de talent, qu’il ait un touché exceptionnel, revienne d’un vrai problème de dos qui a amputé toute une année et qu’il ait un sens du contre rare. Le tennis compte si peu quand l’image ne fonctionne pas auprès du public.

Alors que doit-on espérer quand on prétend aimer le tennis? Le tennis de ceux qui passent comme des étoiles filantes? On peut reprocher au big 4 d’avoir tout gagné et de n’avoir rien laissé aux autres mais ce n’était possible que parce qu’ils avaient un niveau hors du commun, une ambition hors norme. L’année 2014 a vu deux nouveaux vainqueurs, un qui n’existe déjà plus depuis qu’il a gagné et l’autre qui n’a jamais confirmé si ce n’est à Monte Carlo péniblement et c’est tant mieux que ce match ait existé pour qu’il ne sombre pas dans la déprime habituelle des vainqueurs éphémères… Heureusement que Stan est motivé par sa rivalité évidente (même s’ils font semblant du contraire) avec Federer. Ce Federer qui l’a bien enfin réveillé en demi finale du Masters et l’a donc stimulé pour défendre ses chances à l’AO comme il se doit, même s’il devrait être plus déterminé encore face à un Nishikori si redoutable!  Aujourd’hui malgré la sympathie que m’inspire le mal aimé et si peu reconnu Wawrinka, Kei Nishikori est de mon modeste point de vue le seul capable de gagner un Grand Chlem et de durer à très haut niveau : il a déjà les armes, le mental, la vitesse, l’intelligence de jeu et surtout une rigueur et une volonté de travailler constantes…

Un joueur tout seul ne fait pas le tennis et c’est tant mieux… Les rivalités du Big 4 ont donné des matchs d’un niveau exceptionnel et quand on aime le tennis, on ne peut pas décemment préférer de mauvais matchs comme la finale à sens unique de l’US Open en 2014 …

En tennis, la rivalité médiatique entre Nadal, Federer, Djokovic et les batailles entre leurs fans donnent l’impression parfois que le sport compte moins que la personnalité des joueurs et c’est drôlement réducteur pour le tennis! Presque méprisant! Je me demande toujours si les champions eux-mêmes apprécient et respectent les comportements de certains de leurs fans pour les porter aux nues..

Alors, d’après vous, un « fan » de tennis doit-il se réjouir qu’un champion qui écrit l’histoire du sport dans son pays, ou du sport tout court, s’écroule et puisse ne plus avoir le même impact dans son sport? A-t-il raison de se réjouir des contreperformances de ceux qui contribuent déjà depuis longtemps à faire de leur sport fétiche un spectacle avec des matchs d’exception?