La candidose systémique : comment s’en sortir?

Et si sans le savoir vous étiez atteint de candidose systémique ? Quand la candidose mine le corps et le moral, il est essentiel d’agir pour s’en sortir.

Fanny, âgée de 31 ans, adjointe administrative et mère de 2 jeunes enfants, se sent tellement fatiguée, anxieuse et vidée d’énergie, que son moral commence à en souffrir. Depuis plus d’un an, rien ne va plus; céphalée, maux de gorge, sinusite, côlon irritable, douleur articulaire, règles irrégulières, difficulté à se concentrer, le tout accompagné d’une sensation d’épuisement. Même si son bilan de santé ne détecte rien d’anormal, ses symptômes sont bien réels et les périodes d’accalmie de plus en plus rares. Pourrait-elle souffrir de candidose systémique?
La candidose est sans aucun doute liée à notre style de vie moderne où l’alimentation ne rencontre pas nécessairement les besoins nutritionnels réels et où le stress semble être un état normal. Si l’on ajoute à cela la pilule anovulante et les antibiotiques, nous avons tout pour plaire à la levure Candida albicans. Si l’état persiste, l’organisme deviendra de plus en plus susceptible à la maladie. L’acidification du corps ouvre la porte à l’inflammation qui à son tour prépare le terrain pour d’autres maladies dont certaines très graves. Les systèmes immunitaire et endocrinien n’arrivent plus à suivre le rythme, sans parler du cerveau qui est lui aussi affecté.

Se refaire une santé quand on est atteint de candidose systémique

Affamer la levure

Afin de stopper sa prolifération de la levure, il est  primordial de changer les habitudes alimentaires pour exclure le sucre sous toutes ses formes ainsi que certains féculents qui se transforment en sucres pendant la digestion (riz blanc, blé, pommes de terre, produits laitiers). Les fruits seront aussi limités au début du traitement. De plus, les restrictions devront inclure les aliments contenant de la levure ou des moisissures : pain, fromage, fruits séchés, champignons, arachides, boissons alcoolisées et aliments vinaigrés. Tout aliment allergène connu sera à éviter.

Refaire sa flore intestinale

Les probiotiques contribuent à rééquilibrer la flore intestinale. La présence de bonnes bactéries sur la muqueuse intestinale constitue notre meilleure défense contre l’invasion par la levure. L’ajout de l’acide aminé L-glutamine aide également à guérir la paroi intestinale et s’avère un excellent adjuvant aux probiotiques. Il freine le passage des intrus vers la circulation sanguine en resserrant les mailles de la paroi de l’intestin.

Détruire la levure

Le traitement de la candidose nécessite l’ajout d’agents antifongiques. Deux choix possibles sont les fongicides sur ordonnance ou les agents fongicides naturels. L’acide caprylique dérivé de la noix de coco aide à contrôler la prolifération des levures en désintégrant leurs parois cellulaires. L’ail, l’extrait de pépins de pamplemousse, le Pau d’arco et la griffe de chat sont aussi des remèdes naturels qui ont fait leur preuve.

Éviter une surcharge de toxines

Les reins, le foie et la peau auront à dégrader et à filtrer les diverses toxines qui seront libérées durant le traitement. Ce processus d’élimination ajoutera une surcharge à des organes déjà très sollicités et affaiblis. Ainsi, il est recommandé d’utiliser des plantes qui favoriseront la désintoxication telles que le pissenlit, la betterave, le psyllium, la bardane, l’ortie, la chlorophylle et le trèfle rouge. Une bonne hydratation, un programme d’exercice régulier et le repos sont aussi nécessaires à la réparation du corps.

Combler les carences

Chaque personne a des besoins particuliers lorsque vient le temps de choisir un programme de suppléments alimentaires. L’ajout au programme d’une formule complète de vitamines et minéraux, d’acides gras essentiels et d’enzymes digestives constitue un bon point de départ. On peut ensuite ajouter d’autres compléments alimentaires selon les besoins inhérents personnels. Par exemple, si la personne souffre de fatigue extrême, elle aurait intérêt à combler les besoins de ses glandes surrénales, alors qu’une autre pourrait nécessiter un moyen de libérer ses sinus.
Plusieurs médecins bien connus affirment que la candidose systémique sans traitement peut être impliquée dans des désordres auto-immuns dont, entre autres, la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, la fibromyalgie, la sclérose en plaques et l’arthrite rhumatoïde. Par ailleurs, de nombreux témoignages de gens ayant adopté la tendance récente à l’alimentation hypotoxique semblent appuyer ces dires; certains ont vu leur état de santé s’améliorer de façon importante. Ce régime visant à diminuer l’inflammation exclut les aliments contenant du sucre, du lait ou du gluten et ressemble de près à la diète anti-candida.
Si vous êtes fatigués, stressés, de plus en plus intolérants à certains aliments ou à des agents volatiles (poils d’animaux, parfum, fumée, moisissure) et que vos problèmes de santé semblent se multiplier, pensez à remplir le questionnaire en ligne concernant la candidose systémique, et sachez qu’armés de patience et de volonté, vous pouvez retrouver la santé.
Références :

Gisèle Frenette, Tout sur la santé de l’intestin, Québec-Livres, 2012.
Philippe-Gaston Besson, Je me sens mal, mais je ne sais pas pourquoi…!, Jouvence Santé, 2011.

Références :

Gisèle Frenette, Tout sur la santé de l’intestin, Québec-Livres, 2012.
Philippe-Gaston Besson, Je me sens mal, mais je ne sais pas pourquoi…!, Jouvence Santé, 2011.

Publié dans le Webzine Girlykréyol

(Lire la suite …)